Covid-19 à l’hôpital

À Fécamp, des soignants bien rodés face à la deuxième vague

En Normandie, l'hôpital de Fécamp fait face à une seconde vague de Covid plus intense que la première. Malgré la fatigue et le manque d’effectifs, les équipes tiennent le cap grâce à l'expérience accumulée. Reportage.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 20/11/20 à 8:00, mise à jour aujourd'hui à 15:06 Lecture 6 min.

À l'hôpital de Fécamp, sur l’unique scanner du service d'imagerie, les examens pour suspicion de Covid sont regroupés sur des plages horaires définies. © C. F.

À l’accueil, un siège sur deux est marqué d’une grosse croix rouge. Les secrétaires sont protégées par des panneaux en plexiglas. En salle d’attente IRM, deux patientes masquées discutent, à bonne distance l’une de l’autre. À l’hôpital de Fécamp (76), en ce début novembre, la peur et l’effarement du printemps ont laissé place à une routine bien assimilée, où la vigilance reste draconienne.

Des équipes mieux préparées

Sur l’unique scanner du service, les examens pour suspicion de Covid sont regroupés sur des plages horaires définies. « Si ce sont des examens pas trop urgents, nous les faisons soit en fin de matinée, après nos patients externes, soit en fin d’après-midi, explique la manipulatrice Céline Dudout. Les demandes urgentes, pour des suspicions d’embolie pulmonaire ou autres, passent entre deux patients externes. » La manip affirme être mieux préparée pour cette seconde vague : « Nous avons tout ce qu’il faut pour nous protéger. Au printemps, nous avons manqué de masques, de blous

Il vous reste 89% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

23 Mai

16:01

13:31

Dans une étude incluant près de 5000 patients, des caractéristiques telles que l'origine ethnique et l’âge étaient susceptibles d’engendrer des résultats faussement positifs après des examens de tomosynthèse mammaire numérique interprétés à l’aide d’un algorithme d’IA approuvé par la FDA.

7:31

Dans le cadre d’une étude présentée dans The Lancet Digital Health, ChatGPT-4 a fourni des réponses jugées acceptables sans intervention des oncologues à des questions de patients sur le cancer dans 58 % des cas. 7 % des réponses ont été qualifiées de « peu sûres » par ces mêmes oncologues.
22 Mai

16:31

Un modèle d'apprentissage profond utilisant l'IRM injectée de type DCE distingue plus efficacement que les cliniciens les carcinomes hépatocellulaires proliférants des carcinomes hépatocellulaires non-proliférants, d'après une étude rétrospective multicentrique chinoise portant sur 355 patients et parue dans Academic Radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR