Prise en charge des douleurs pelviennes

L’embolisation barre la route à la congestion pelvienne

Le Centre cardiologique du Nord à Saint-Denis (93) s'est spécialisé dans la prise en charge des femmes atteintes du syndrome de congestion pelvienne. Diagnostiquée grâce à l’échographie et l'IRM, cette pathologie est traitée en radiologie interventionnelle, par embolisation des zones pathologiques.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 20/05/20 à 15:00, mise à jour aujourd'hui à 15:06 Lecture 4 min.

Au CCN, les radiologues interventionnels Quentin Sénéchal et Marine Bravetti traitent une patiente atteinte du syndrome de congestion pelvienne. © C. F.

Plusieurs fois par semaine, Quentin Sénéchal opère dans la salle interventionnelle du Centre cardiologique du Nord, à Saint-Denis (93). Ce jour-là, il traite une patiente atteinte du syndrome de congestion pelvienne, avec des varices des membres inférieurs bilatérales. L’établissement s’est spécialisé dans le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie mal connue, qui peut provoquer des douleurs proches de celles de l’endométriose. Le déclencheur est une insuffisance veineuse, le plus fréquemment au niveau de la veine ovarienne gauche.

Âgée de 45 ans, la patiente a déjà bénéficié d’une première intervention il y a trois semaines pour traiter le reflux de la veine ovarienne gauche, ainsi que des varices paramétriales et pudendales internes. Ce second geste doit permettre de combler les communications résiduelles.

Une procédure en deux temps

L’intervention se déroule en deux temps. Au début de la procédure, la radiologue interventionnelle Marine Bravetti réalise une phlébographie ;

Il vous reste 82% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

23 Mai

16:01

13:31

Dans une étude incluant près de 5000 patients, des caractéristiques telles que l'origine ethnique et l’âge étaient susceptibles d’engendrer des résultats faussement positifs après des examens de tomosynthèse mammaire numérique interprétés à l’aide d’un algorithme d’IA approuvé par la FDA.

7:31

Dans le cadre d’une étude présentée dans The Lancet Digital Health, ChatGPT-4 a fourni des réponses jugées acceptables sans intervention des oncologues à des questions de patients sur le cancer dans 58 % des cas. 7 % des réponses ont été qualifiées de « peu sûres » par ces mêmes oncologues.
22 Mai

16:31

Un modèle d'apprentissage profond utilisant l'IRM injectée de type DCE distingue plus efficacement que les cliniciens les carcinomes hépatocellulaires proliférants des carcinomes hépatocellulaires non-proliférants, d'après une étude rétrospective multicentrique chinoise portant sur 355 patients et parue dans Academic Radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR