À Bayonne

Un exemple d’activité interventionnelle viable dans le privé

Aux JFR 2021, Olivier Bonnefoy, radiologue à Bayonne, a démontré comment rentabiliser une activité de radiologie interventionnelle en établissement privé, malgré le coût des consommables et la faiblesse de la prise en charge.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 13/10/21 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:30 Lecture 3min.

Quelle stratégie mettre en place pour améliorer la rentabilité ? « Discuter et anticiper avec trois acteurs principaux : le médecin de l’information médicale, le pharmacien et le directeur d’établissement », répond Olivier Bonnefoy (photo archives JFR 2019). © Jérôme Hoff

Les radiologues le disent et le redisent : les actes de radiologie interventionnelle sont insuffisamment remboursés par le système de santé. L’activité peut-elle tout de même être rendue viable dans un établissement privé ? C’est la question à laquelle a répondu Olivier Bonnefoy, radiologue interventionnel au sein du groupe Océan Imagerie, qui regroupe 38 confrères. Il a présenté l’analyse de l’activité de radiologie interventionnelle de la clinique Balharra de Bayonne en 2020 lors d’une session de communications orales des Journées francophones de radiologie (JFR) le 10 octobre 2021, à Paris.

Le groupe homogène de séjours peu valorisé en radiologie interventionnelle

Son intervention débute par un constat : « Le coût des consommables est élevé en radiologie interventionnelle, en particulier dans les procédures d’ablation tumorale. En même temps, le forfait d’hospitalisation, ou groupe homogène de séjours (GHS), est peu valorisé. Ce GHS est deux fois inférieur pour les cliniques que pour

Il vous reste 80% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Avatar photo

Benjamin Bassereau

Directeur de la rédaction BOM Presse Clichy

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR