À Bayonne

Un exemple d’activité interventionnelle viable dans le privé

Aux JFR 2021, Olivier Bonnefoy, radiologue à Bayonne, a démontré comment rentabiliser une activité de radiologie interventionnelle en établissement privé, malgré le coût des consommables et la faiblesse de la prise en charge.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 13/10/21 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:30 Lecture 3 min.

Quelle stratégie mettre en place pour améliorer la rentabilité ? « Discuter et anticiper avec trois acteurs principaux : le médecin de l’information médicale, le pharmacien et le directeur d’établissement », répond Olivier Bonnefoy (photo archives JFR 2019). © Jérôme Hoff

Les radiologues le disent et le redisent : les actes de radiologie interventionnelle sont insuffisamment remboursés par le système de santé. L’activité peut-elle tout de même être rendue viable dans un établissement privé ? C’est la question à laquelle a répondu Olivier Bonnefoy, radiologue interventionnel au sein du groupe Océan Imagerie, qui regroupe 38 confrères. Il a présenté l’analyse de l’activité de radiologie interventionnelle de la clinique Balharra de Bayonne en 2020 lors d’une session de communications orales des Journées francophones de radiologie (JFR) le 10 octobre 2021, à Paris.

Le groupe homogène de séjours peu valorisé en radiologie interventionnelle

Son intervention débute par un constat : « Le coût des consommables est élevé en radiologie interventionnelle, en particulier dans les procédures d’ablation tumorale. En même temps, le forfait d’hospitalisation, ou groupe homogène de séjours (GHS), est peu valorisé. Ce GHS est deux fois inférieur pour les cliniques que pour

Il vous reste 80% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Avatar photo

Benjamin Bassereau

Directeur de la rédaction BOM Presse Clichy

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR