Organisation des soins

Les subtilités de l’imagerie cardiaque en libéral

Lors du congrès de la SFICV, le radiologue Nicolas Vignon a partagé son expérience de la pratique de l’imagerie cardiaque en libéral et dispensé quelques conseils d’organisation pour faire face à une demande toujours plus importante.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 28/08/18 à 11:00, mise à jour hier à 15:05 Lecture 2 min.

Au dernier congrès de la SFICV à Beaune, le radiologue Nicolas Vignon a décrit les particularités de l'imagerie cardiaque en activité libérale. © C. F.

Le 23 juin dernier, le congrès de la Société française d’imagerie cardiovasculaire (SFICV) a invité plusieurs radiologues à partager leur expérience de praticiens libéraux en imagerie vasculaire. Parmi eux, Nicolas Vignon, radiologue au centre d’imagerie IM2P à Dijon, a décrit une activité en pleine expansion. « La demande d’examens est croissante, constate-t-il. Nous collaborons avec beaucoup de spécialistes : des cardiologues, des angiologues, et plus rarement des internistes, des hématologues ou des médecins traitants. »

Les demandes d'examens affluent

Son groupe d’imagerie compte 40 radiologues, répartis dans le Jura et la Côte-d’Or. Parmi ceux-ci, quatre sont compétents en IRM cardiaque, quatre en vasculaire interventionnel et six en scanner cardiovasculaire. Le groupe possède sept IRM, dont quatre dotées d’un pack pour l’imagerie cardiologique. « Chaque semaine, nous réalisons dix IRM cardiaques, deux à cinq IRM aortiques et deux ou trois bilans avant une procédure TAVI. »

Urgentes

Il vous reste 71% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

24 Mai

16:00

L’IRM du tenseur de diffusion (DTI) révèle comment la maladie d’Alzheimer et la maladie des petits vaisseaux cérébraux affectent la microstructure de la substance blanche du cerveau (étude).

13:30

L’ajout de la TEP-TDM au F-18 fluroestradiol (FES) à la biopsie et l’immunohistochimie peut augmenter la précision diagnostique du statut des récepteurs d’œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier en présence de lésions multiples. Les avantages s’expriment dans l’évitement des biopsies répétées et des traitements inutiles, indique une étude, qui identifie également de potentielles économies de coûts.
23 Mai

16:01

Docteur Imago

GRATUIT
VOIR