ECR 2024

Quelles conditions de sécurité pour les implants passifs et actifs en IRM ?

Une session de l’ECR 2024 s‘intéressait aux récentes évolutions en matière de sécurité en IRM. À cette occasion, un MERM expert a décrit les conditions d’examen et les points de vigilance sur l’imagerie des implants passifs et actifs.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 12/04/24 à 15:00 Lecture 4 min.

Lors de l'ECR 2024, Vitor Manuel Silva, MERM à l’hôpital universitaire São João (Portugal), a fait le point sur les pratiques actuelles en matière de sécurité IRM pour les patients porteurs de dispositifs implantables. © C. F.

Lors du congrès européen de radiologie 2024, Vitor Manuel Silva, MERM à l’hôpital universitaire São João à Porto (Portugal) a fait le point sur les pratiques actuelles en matière de sécurité IRM pour les patients porteurs de dispositifs implantables. Comme il le rappelle, ces implants sont classés en deux catégories : passifs et actifs. Un implant passif est implanté à l'intérieur du patient ou fixé sur lui. Il n'utilise pas d'énergie électrique pour fonctionner, et il s'agit en général d'une fonction mécanique, par exemple, une prothèse de hanche. Quant aux implants actifs, ils utilisent une énergie électrique provenant d'une source autre que celle générée directement par le corps humain, par exemple, un stimulateur cardiaque.

Les spécificités des implants passifs

Concernant les implants passifs, il existe des dangers et des risques lors d’une interaction avec le champ magnétique statique de l’IRM. « L'échauffement peut conduire à des brûlures, à cause de la radiofréquence et des bo

Il vous reste 85% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

24 Mai

16:00

L’IRM du tenseur de diffusion (DTI) révèle comment la maladie d’Alzheimer et la maladie des petits vaisseaux cérébraux affectent la microstructure de la substance blanche du cerveau (étude).

13:30

L’ajout de la TEP-TDM au F-18 fluroestradiol (FES) à la biopsie et l’immunohistochimie peut augmenter la précision diagnostique du statut des récepteurs d’œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier en présence de lésions multiples. Les avantages s’expriment dans l’évitement des biopsies répétées et des traitements inutiles, indique une étude, qui identifie également de potentielles économies de coûts.
23 Mai

16:01

Docteur Imago

GRATUIT
VOIR