Traitement par radiotraceur

« La radiothéranostique est en train de révolutionner le métier de médecin nucléaire »

Le lutétium vipivotide tétraxétane, traitement théranostique du cancer de la prostate métastatique, vient de recevoir un avis favorable de l'Agence européenne des médicaments, en attendant l'autorisation de mise sur le marché. Le point sur l'essor de la théranostique avec Carlos Artigas, professeur de médecine nucléaire à l’institut Jules-Bordet de l'Université libre de Bruxelles, qui utilise déjà ce type de traitement en routine.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 07/12/22 à 8:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 4min.

Carlos Artigas, professeur de médecine nucléaire à l'institut Jules-Bordet de l'Université libre de Bruxelles, utilise aujourd'hui le lutétium-PSMA en routine en troisième ligne. D. R.

Docteur Imago / Qu'est-ce que la radiothéranostique ?

Carlos Artigas / C'est un mot-valise associant radiothérapie et diagnostic qui désigne un type de traitement émergent. En radiothéranostique, on lie dans un premier temps un radiotraceur émetteur de positrons à une cible moléculaire spécifique du cancer suspecté, pour voir si cette dernière s'exprime sur les images de TEP-TDM. Si c'est le cas, l'association de cette cible moléculaire avec un nouvel isotope émetteur alpha ou bêta va permettre d'irradier les cellules cancéreuses et de les tuer.

D. I. / Votre institut est un pionnier de la théranostique en Europe. Concrètement, comment se déroule une intervention ?

C. A. / Une fois qu'un patient nous est envoyé pour consultation à l'issue de la RCP, on effectue une imagerie TEP-TDM préthérapeutique. S'il est un bon candidat pour le traitement théranostique, on commande le radiotraceur thérapeutique à notre propre radiopharmacie, qui fournira le produit 10 jours après. L'injection a lieu

Il vous reste 83% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Bibliographie

  1. Sartor O., de Bono J., Chi K. N. et coll., « Lutetium-177-PSMA-617 for metastatic castration-resistant prostate cancer », NEJM, septembre 2021, vol. 385, p. 1091-1103. DOI : 10.1056/NEJMoa2107322.
  2. Hofman M. S., Emmett L., Sandhu S. et coll., « [177Lu]Lu-PSMA-617 versus cabazitaxel in patients with metastatic castration-resistant prostate cancer (TheraP): a randomised, open-label, phase 2 trial », The Lancet, février 2021, vol. 397, n° 10276, p. 797-804. DOI : 10.1016/S0140-6736(21)00237-3.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR