Radiotraceurs

Le potentiel du Gallium 68 dans la prise en charge du cancer de la prostate

La TEP au Gallium 68 est venue compléter l’arsenal de la prise en charge du cancer de la prostate. Pour détecter précocement les récidives, l’examen montre des performances intéressantes, mais reste un second rôle face à la fluorocholine. À Rouen (76), le centre Henri-Becquerel a récemment obtenu son autorisation. Un processus administratif complexe.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 29/03/22 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 3 min.

Une fois par semaine, le centre produit du PSMA marqué au gallium 68. Le processus de synthèse et de contrôle du traceur dure environ deux heures. © C. F.

Au centre de lutte contre le cancer Henri-Becquerel à Rouen (76), le service de médecine nucléaire produit du PSMA marqué au gallium 68 un jour par semaine. Le centre a obtenu son autorisation d’utilisation le 23 décembre 2021, l’activité démarre donc progressivement. En France, une vingtaine d’établissements réalisent des TEP au gallium 68. Le centre Henri-Becquerel est le premier en Normandie. L’utilisation de ce radionucléide relève d’une procédure stricte et très encadrée. Pour pouvoir la mettre en œuvre, le centre a fait un dossier de médicament expérimental auprès de l’ANSM.

Une demande pour chaque patient

Le service utilise du germanium 68 provenant de Russie, puis le transforme sur place en gallium 68. L’utilisation du radiotraceur est soumise à une autorisation administrative patient par patient. « S’il y a un dosage élevé de PSA, en médecine nucléaire on doit d’abord faire une TEP à la fluorocholine, explique le radiopharmacien Pierre Bohn. Si l’examen est négatif ou douteux, o

Il vous reste 80% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR