Essai PARTEM

L’embolisation surpasserait les médicaments pour l’hyperplasie bénigne de la prostate

Dans le cadre de l’essai français PARTEM, l’embolisation des artères prostatiques a réduit davantage les symptômes et a eu moins d’effets négatifs sur la fonction sexuelle qu’un traitement médicamenteux combiné chez des patients atteints d’hyperplasie bénigne de la prostate.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 11/09/23 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 22:55 Lecture 5 min.
L’embolisation des artères prostatiques donnerait de meilleurs résultats qu’une thérapie médicamenteuse combinée chez les patients atteints d’hyperplasie bénigne de la prostate, selon une étude française présentée dans la revue The Lancet Regional Health Europe en juin 2023 [1].

87 patients dans deux groupes

Mené dans 10 centres hospitaliers universitaires et dirigé par Marc Sapoval, chef du service de radiologie interventionnelle de l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, l’essai randomisé PARTEM a comparé l’amélioration des symptômes entre 44 patients traités par embolisation et 43 autres patients traités par thérapie combinée (dutastéride 0,5 mg par jour et tamsulosine 0,4 mg par jour) [2]. « À notre connaissance, c’est la première fois que l’embolisation est comparée aux traitements médicaux. Jusqu’à présent, elle avait été évaluée par rapport à la résection transurétrale – la chirurgie classique – ou à une intervention factice », témoigne Marc Sapoval.

Une hyperplasie pers

Il vous reste 86% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Bibliographie

  1. Sapoval M., Thiounn N., Descazeaud A. et coll., « Prostatic artery embolization versus medical treatment in patients with benign prostatic hyperplasia (PARTEM): a randomized, multicentre, open-label, phase 3, superiority trial », The Lancet Regional Health Europe, epub 26 juin 2023. DOI : 10.1016/j.lanepe.2023.100672.
  2. Roehrborn C. G., Siami P., Barkin J. et coll., « The effects of combination therapy with dutasteride and tamulosin on clinical outcomes in men with symptomatic benign prostatic hyperplasia: 4-years results from CombAT study », European Urology, janvier 2010, vol. 57, n° 1, p. 123-131. DOI : 10.1016/j.eururo.2009.09.035.
  3. Ayele H. T., Reynier P., Azoulay L. et coll., « Trends in the pharmacological treatment of benign prostatic hyperplasia in the UK from 1998 to 2016: a population-based cohort study », World Journal of Urology, juin 2021, vol. 39, p. 2019-2028. DOI : 10.1007/s00345-020-03429-z.
  4. Lebdai S., « Is prostatic artery embolization a relevant treatment after a failed alph-blocker monotherapy ? », The Lancet Regional Health – Europe, septembre 2023, vol. 32, n° 100712. DOI : 10.1016/j.lanepe.2023.100712

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juin

16:01

Une équipe de radiologues américains a développé un nouveau système de biopsie guidé par imagerie mammaire moléculaire au technétium 99m. Selon une étude parue dans Radiology: Imaging Cancer et menée sur 17 patientes, la procédure durait en moyenne 55 minutes, était bien tolérée et efficace.

13:31

La prévalence des sujets étasuniens éligibles au dépistage organisé du cancer du poumon et à jour de ce dépistage était de 18 % en 2022, avec une prévalence variant fortement entre États américains (de 10 % à 31 %), selon une étude parue dans JAMA Internal Medicine.
11 Juin

16:30

La Société européenne d'imagerie urogénitale (ESUR) publie ses recommandations sur la caractérisation et la stadification des masses annexielles à l'IRM et au scanner.

14:00

L'Hôpital ZNA Cadix à Anvers (Belgique) a suspendu son équipe de radiologues suite à l'identification de 24 « erreurs et inexactitudes graves » dans un groupe de 1 300 examens. Des radiologues d'autres centres ont pris le relais dans l'établissement (communiqué).
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR