Réforme des produits de contraste

Une transition menée sans trop d’accrocs

Après un faux départ en 2023 et une période de transition d’un mois, les radiologues sont responsables depuis le 1er avril de la fourniture des produits de contraste pour les examens de scanner et d’IRM. Cabinets et hôpitaux ont travaillé en amont pour assurer une transition qui semble se dérouler avec fluidité, malgré les hoquets liés à l’approvisionnement et les incertitudes quant aux conséquences financières de la réforme.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 07/06/24 à 7:00 Lecture 5 min.

Désormais responsables des commandes, du stockage et des rappels des PDC, mais aussi des kits d’injection pour tous leurs patients hospitalisés comme externes, les hôpitaux, cabinets et groupes ont dû s’adapter (photo d'illustration). © François Mallordy

Depuis le 1er avril 2024, les cabinets et services de radiologie doivent fournir les produits de contraste nécessaires à la réalisation des examens de scanner et d’IRM injectés. Seuls les conditionnements de produits de contraste (PDC) iodés en flacons de moins de 50 ml sont encore vendus en pharmacie. En échange, les forfaits techniques ont été revalorisés. Cette réforme, prévue de longue date, a nécessité une refonte de la chaîne d’approvisionnement et une réorganisation en profondeur de la logistique et des pratiques des centres d’imagerie.

Une réforme anticipée

Désormais responsables des commandes, du stockage et des rappels des produits de contraste, mais aussi des kits d’injection pour tous leurs patients, hospitalisés comme externes, les hôpitaux, cabinets et groupes ont dû s’adapter. Chez ceux que nous avons interrogés, l’anticipation a été de mise. « Nous avons pris conscience plusieurs mois à l’avance de l’enjeu que constituait cette réforme, à la fois du point de vue org

Il vous reste 87% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Bibliographie

  1. Clément O., Coquel P., « Le multipatient en imagerie médicale : définition et mise en œuvre », Le Médecin radiologue libéral, avril 2024, n° 476.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

14 Juin

16:01

La perforation du tractus gastro-intestinal après l’ablation par radiofréquence (ARF) pour les tumeurs hépatiques est rare, mais est associée avec une mortalité élevée. C’est ce que révèle une étude évaluant les facteurs de risque après l’ARF si la tumeur index est situé autour de l’intestin grêle.  

13:31

L'entreprise française DMS Group, qui produit des systèmes d'imagerie pour la radiologie numérique et l'ostéodensitométrie, a annoncé la signature d'un accord avec Medlink Imaging, filiale du coréen Vieworks, pour la vente aux États-Unis des solutions de radiologie mobile M1 de Solutions for Tomorrow.

7:31

La lymphangiographie par IRM de contraste dynamique est une technique sûre et reproductible pour l'imagerie du système lymphatique central chez les patients atteints d'anomalies lymphatiques primitives, conclut un article de Clinical Radiology.
13 Juin

16:01

Les comptes rendus de radiologie générés par l’IA se montrent prometteurs pour produire une meilleure qualité de rapports et améliorer les flux de travail en radiologie, indique une étude.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR