Politiques de santé

La CNAM veut surveiller la financiarisation pour mieux la réguler

Dans son rapport charges et produits 2024 publié en juillet, la Caisse nationale d’Assurance maladie analyse le phénomène de la financiarisation, prend acte de sa progression et propose la mise en place de nouveaux outils de suivi et de régulation.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 18/07/23 à 7:00, mise à jour le 11/10/23 à 12:42 Lecture 5min.

La financiarisation, définie comme « un transfert de propriété de l’offre de soins privée des acteurs professionnels vers des acteurs financiers » induit des risques « bien identifiés », écrivent les auteurs du document (photo d'illustration). D. R.

Après les radiologues, les internes, l’Académie de médecine ou encore l’Ordre des médecins, c’est au tour de la Caisse nationale d’Assurance maladie (CNAM) de manifester ses inquiétudes vis-à-vis de la financiarisation. Dans son rapport sur l’évolution des charges et produits pour l’année 2024, remis au ministère de la Sécurité sociale et au Parlement début juillet, elle analyse ce phénomène et appelle le législateur à mettre en place des outils de suivi et de régulation dans le cadre de la prochaine loi de financement de la sécurité sociale.

Des risques « bien identifiés »

La financiarisation, définie comme « un transfert de propriété de l’offre de soins privée des acteurs professionnels vers des acteurs financiers » induit des risques « bien identifiés », écrivent les auteurs du document. Pour les patients, c’est la menace d’une dégradation de l’accès aux soins liée aux logiques de rentabilité, qui pourraient motiver la fermeture de sites ou de services. Pour les professionnels de

Il vous reste 85% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

Commenter cet article
  1. PHILIPPE COQUELTres bonne mise au point de la part de la CNAM. A rapprocher de la décision du conseil d'Etat du 10 juillet concernant les veterinaires, exposés au mêmes risques depuis un peu plus longtemps. https://www.veterinaire.fr/communications/actualites/communique-de-lordre-au-sujet-des-decisions-rendues-par-le-conseil-detat rappelons que Termes strictement identiques dans les deux codes de deontologie (il y en a d’autres) à la basede la decision du conseil d'état code rural et d e peche maritime Article R242-33 Modifié par DÉCRET n°2015-289 du 13 mars 2015 - art. 1 II.-Le vétérinaire ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit. code deotologie /santé publique 4127-5 Le médecin ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit
    Il y a 9 mois

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR