Prise en charge des AVC

Les causes profondes de l’étonnante stagnation de la thrombectomie française

Après une explosion entre 2015 et 2019, le nombre de thrombectomies piétine autour de 7500 actes par an en France. En cause ? Des délais de transfert trop longs avant la thrombectomie, des équipes surmenées ou encore un manque de lits, selon un article paru fin décembre dans le Journal of Neuroradiology. Ses auteurs se sont basés sur les retours de centres français et sur la comparaison avec le voisin allemand.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 15/01/24 à 7:00, mise à jour le 15/01/24 à 8:56 Lecture 3 min.

La thrombectomie française manque de dynamisme, malgré l'attrait de cette technique et l'augmentation du nombre de centres la pratiquant (image d'illustration). © Carla Ferrand

Procédure phare de la neuroradiologie interventionnelle (NRI) française depuis sa démocratisation en 2015, la thrombectomie, qui concerne dans son indication actuelle des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques résultant de l'occlusion d'une artère intracrânienne de gros calibre de la circulation antérieure, a bondi de 2822 procédures en 2015 à 7548 procédures en 2019, selon la Société française de neuroradiologie (SFNR). Mais malgré l'attrait de cette technique et l'augmentation du nombre de centres la pratiquant (46 structures aujourd'hui), la thrombectomie française patauge autour de 7500 actes par an. Comment l'expliquer ?

Une analyse basée sur les retours de centres français

Afin de répondre à cette question, Grégoire Boulouis, neuroradiologue au CHRU de Tours et membre du bureau de la SFNR, a sollicité les retours de centres français pratiquant la thrombectomie et a comparé le nombre de procédures entre régions françaises et allemandes. Son analyse a donné lieu à un é

Il vous reste 76% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Bibliographie

  1. Zhu, F., Kerleroux, B., Pruvo, J.-P., et coll., « Breaking the glass ceiling for Mechanical Thrombectomy access in France », Journal of Neuroradiology, 20 décembre 2023. DOI : 10.1016/j.neurad.2023.12.002.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR