Permanence des soins

Face aux besoins croissants en thrombectomie, la permanence des soins s’organise

Depuis sa démocratisation en 2015, la thrombectomie concerne toujours plus de territoires et de patients. Comment les radiologues organisent-ils cette activité de permanence des soins en conséquence ? Alternance des astreintes, solidarité, mais aussi rémunération insuffisante : trois praticiens partagent leur expérience à ce sujet.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 17/08/23 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 18:54 Lecture 5 min.

Activité d'urgence radiologique par excellence, la thrombectomie est au centre de l'organisation de la permanence des soins dans les unités hospitalières de neuroradiologie interventionnelle qui la pratiquent. « Les centres historiques de neuroradiologie interventionnelle faisaient déjà de la thrombectomie dans le cadre d'essais cliniques avant 2015. Depuis, l'intérêt thérapeutique de cette pratique a été clairement démontré et le nombre d'interventions a presque triplé », rappelle Grégoire Boulouis, neuroradiologue interventionnel au CHRU de Tours. De 2015 à 2022, le nombre de thrombectomies mécaniques est ainsi passé de 2822 à 7621 d'après les chiffres de la Société française de neuroradiologie (SFNR), tandis que le nombre de centres est seulement passé de 35 à 42. « Tous les centres pratiquant la thrombectomie mécanique ont pratiquement doublé leur activité depuis 2015 », confie Jérôme Berge, professeur de neuroradiologie au CHU de Bordeaux.

L'astreinte, pierre angulaire de l'attract

Il vous reste 87% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR