SIT 2023

Pourquoi organiser un dépistage du cancer du poumon ?

Lors de la journée de la Société d'imagerie thoracique, le 16 juin 2023, Caroline Caramella a défendu les avantages du dépistage du cancer du poumon et mis en avant les premiers résultats de l'étude CASCADE chez les femmes fumeuses.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux utilisateurs enregistrés
Le 28/07/23 à 15:30, mise à jour le 11/09/23 à 18:54 Lecture 3 min.

En 2016, la HAS était toujours défavorable à la mise en place du dépistage du cancer du poumon en France avant de recommander en février 2022 l’engagement d’un programme pilote, rappelle Caroline Caramella. © Solenn Duplessy

46 000 nouveaux cas de cancer du poumon sont diagnostiqués chaque année en France, a rappelé Caroline Caramella, radiologue à l’hôpital Marie-Lannelongue (92), lors de la Journée de printemps de la Société d’imagerie thoracique (SIT), le 16 juin 2023.

60 % de cas de cancers métastatiques

Aujourd’hui, en l’absence de programme de dépistage organisé, seuls 20 % des cancers du poumon sont diagnostiqués à un stade localisé et ceux-ci présentent un taux de survie à 5 ans de 50 % contre 25 % pour les cancers diagnostiqués à un stade localement avancé. Le cancer métastatique représente en revanche 60 % des diagnostics, pour une survie à 5 ans de 4 %.

Des intérêts à découvrir le cancer précocement

Diagnostiqué à un stade localisé, le cancer du poumon bénéficie d’un traitement curatif en chirurgie ou en radiothérapie. Un cancer localement avancé, trop important pour être opéré, est traité par radiochimiothérapie. « Il y a donc quand même bien intérêt à découvrir le cancer précocement », sou

Il vous reste 77% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses utilisateurs enregistrés

Auteurs

Solenn Duplessy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR