À Marseille, le service de radiothérapie de l’institut Paoli-Calmettes exploite un accélérateur linéaire guidé par IRM 1 depuis janvier 2019. Une installation pionnière en France. « Le premier avantage de l’IRM, hormis le fait qu’elle ne produise pas de rayonnements ionisants, c’est sans conteste sa résolution, explique Agnès Tallet, chef de service. Nous visualisons bien mieux les tissus mous à l’IRM qu’au scanner, qui est la technique habituellement utilisée ». Ces images plus précises...