Peu d’options existent aujourd’hui pour traiter les douleurs de l’arthrose. L’injection de corticoïdes et d’anesthésiques devient moins efficace à mesure que la pathologie progresse, jusqu’à devenir inutile. Les patients dont les douleurs persistent peuvent recourir à une arthroplastie, mais beaucoup sont inéligibles pour des raisons de santé. D’autres refusent de subir une opération aussi lourde. Pour ceux-là, les antidouleurs opiacés sont la dernière option valable, avec les risques...

Jérôme HOFF