RSNA 2023

Les défis de la prise en charge de l’AVC pédiatrique

Lors d'une session du RSNA 2023, la radiologue Susan Palasis a décrit les challenges et les spécificités de la prise en charge l'AVC chez l'enfant, dont le diagnostic est souvent retardé ou mal caractérisé.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 24/01/24 à 15:00 Lecture 3 min.

Susan Palasis, professeure de radiologie et de pédiatrie à l’université Emory à Atlanta (États-Unis), a décrit la réalisation de l’imagerie de l’AVC et les différents points d'attention techniques et organisationnels. Capture d'écran RSNA 2023

Le 27 novembre 2023, une session du congrès de la Société nord-américaine de radiologie (RSNA) sur la neuroradiologie pédiatrique s'intéressait à la prise en charge de l'AVC ischémique aigu chez l'enfant. Susan Palasis, professeure de radiologie et de pédiatrie à l’université Emory à Atlanta (États-Unis), a décrit la réalisation de l’imagerie de l’AVC et les différents points d'attention techniques et organisationnels.

Une pathologie fréquente

Chez l’enfant, l’AVC ischémique aigu a une incidence proche de celle des tumeurs primaires cérébrales. « Ce n’est pas quelque chose de si rare, note l’oratrice. C'est l'une des dix premières causes de décès chez les enfants. » Les enfants qui survivent peuvent présenter des déficits cognitifs importants et/ou des problèmes psychiatriques (70 % des cas), des handicaps permanents (65 % des cas) et une épilepsie (33 % des cas). « Tous ces éléments représentent un fardeau pour ces jeunes enfants durant toute leur vie », souligne Susan Palasis.

Les

Il vous reste 80% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR