Interventionnel vasculaire

Embolisation dans le cadre d’une hémoptysie : quand ? Comment ?

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Mathieu Di Bisceglie et Paul Habert Le 19/12/23 à 15:00, mise à jour le 22/05/24 à 15:00 Lecture 19 min.
Figure 6. Lésion de malformation artérioveineuse pulmonaire (MAVP) apicale droite (A, B), chez une patiente suivie pour maladie de Rendu-Osler. L’artère afférente est mesurée à 2,5 mm de diamètre, indiquant une embolisation artérielle pulmonaire. La branche artérielle pulmonaire apicale droite est cathétérisée et l’artériographie objective le shunt artérioveineux pulmonaire (C). L’artère afférente est embolisée par coils (D), excluant la malformation artérioveineuse sur l’angiographie de contrôle.

Tout épisode d’hémoptysie doit faire l’objet d’une démarche diagnostique et potentiellement thérapeutique pour laquelle la radiologie occupe une place centrale. © Mathieu Di Bisceglie et Paul Habert

Résumé

L’hémoptysie n’est jamais un symptôme anodin et doit faire l’objet d’une démarche diagnostique et potentiellement thérapeutique pour laquelle le radiologue occupe une place centrale. Sa prise en charge doit être considérée en urgence. Son abondance, son retentissement notamment respiratoire et son étiologie sont les principaux facteurs devant faire considérer la place de l’embolisation artérielle bronchique dans la gamme thérapeutique à proposer. L’hémoptysie est dans 90 % des cas secondaire à une atteinte artérielle systémique, surtout bronchique, auquel cas une embolisation par cathétérisme artériel sélectif et l’administration d’un agent d’embolisation est le plus souvent le traitement de première intention à proposer. Dans 10 % des cas, une cause artérielle pulmonaire est retrouvée, nécessitant un cathétérisme des cavités cardiaques droites, puis artériel pulmonaire qui peut être délicat.

Introduction

Définition

L’hémoptysie correspond à un saignement des voies aériennes sous-glottiques. Un élément important à rappeler est que ce saignement peut être extériorisé ou non, pouvant conduire à sous-évaluer sa quantité. Elle résulte de l’irruption de sang dans les voies aériennes depuis des vaisseaux intrathoraciques pathologiques, le plus souvent issus de la circulation systémique bronchique (hypervascularisation ou hyperartérialisation bronchique), plus rarement aux dépens de la circulation artérielle pulmonaire.

Une prise en charge à considérer en urgence

Tout épisode d’hémoptysie doit faire l’objet d’une démarche diagnostique et potentiellement thérapeutique pour laquelle la radiologie occupe une place centrale. Sa prise en charge doit être considérée en urgence car de simples « crachats hémoptoïques » peuvent récidiver sous une forme massive et mettre en jeu le pronostic vital du patient de façon rapide, non pas par leurs conséquences hémorragiques mais par leur rete

Il vous reste 96% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Mathieu Di Bisceglie

Radiologue diagnostique et interventionnel Assistance publique - Hôpitaux de Marseille / Imadis Marseille

Voir la fiche de l’auteur

Paul Habert

Radiologue diagnostique et interventionnel CHU Hôpital Nord - Assistance publique – Hôpitaux de Marseille Marseille

Déclaration des liens d'intérêts

Aucun lien d’intérêts déclaré par le(s) auteur(s) de cet article.

Bibliographie

  1. Collège des enseignants de pneumologie, Hémoptysie. https://cep.splf.fr/wp-content/uploads/2015/01/item_201_ex_item_317_he_moptysie.pdf. Consulté le 14 décembre 2023.
  2. Khalil A., Tassart M., Fartoukh M. et coll., « Aspects particuliers des hémoptysies : physiopathologie, diagnostic et traitement », Imagerie Thoracique, 2013, p. 949-994. DOI : 10.1016/B978-2-294-71321-7.50026-4
  3. Ittrich H., Bockhorn M., Klose H. et coll., « The Diagnosis and Treatment of Hemoptysis », Deutsches Arzteblatt International, juin 2017, vol. 114, n° 21, p. 371-381. DOI : 10.3238/arztebl.2017.0371.
  4. Panda A., Bhalla A. S., Goyal A., « Bronchial artery embolization in hemoptysis: a systematic review », Diagnostic and Interventional Radiology, juillet-août 2017, vol. 23, n° 4, p. 307-317. DOI : 10.5152/dir.2017.16454.
  5. Kettenbach J., Ittrich H., Gaubert J. Y. et coll., « CIRSE standards of practice on bronchial artery embolization », Cardiovascular and Interventional Radiology, juin 2022, vol. 45, n° 6, p. 721–732 DOI : 10.1007/s00270-022-03127-w
  6. Martin-Champetier A., Di Bisceglie M., Ravaud S, Soussan J, Habert P., « Successful Embolization of a Rasmussen Aneurysm Perfused by an Intercostal Artery Using Ethylene-Vinyl Alcohol Copolymer », Journal of Vascular and Interventional Radiology, juin 2023, vol. 34, n° 6, p. 1098-1100. DOI : 10.1016/j.jvir.2023.01.025.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR