Traitement du cancer du foie

Comment réaliser une chimioembolisation hépatique

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Marc Haberlay et Christopher Fantini Le 07/03/23 à 8:00, mise à jour le 22/05/24 à 15:09 Lecture 17 min.

La connaissance du matériel et de la technique d’embolisation est la base d’une procédure réussie. Il est également nécessaire de savoir utiliser au maximum de leurs capacités tous les outils de guidage disponibles, pour pouvoir offrir un traitement de plus en plus précis et micro-invasif. © Christopher Fantini et Marc Haberlay

Résumé

La chimioembolisation hépatique (CHE) est une option thérapeutique reconnue dans la prise en charge des lésions hépatiques primitives ou secondaires. La bonne sélection de l’indication, un bilan préthérapeutique et un suivi rapproché sont essentiels dans la prise en charge du patient. Son déroulement répond à une pratique de plus en plus standardisée, même s’il peut exister encore des différences techniques d’un centre à l’autre quant à l’agent de chimiothérapie utilisé et son mode de délivrance : microbilles chargées (DEB-TACE) ou mélange lipiodol®- chimiothérapie (c-TACE). La réalisation technique passe par l’utilisation d’outils de guidage scopique de plus en plus développés dont la maîtrise est nécessaire pour la bonne réalisation et la sécurisation de la procédure.

Introduction

La chimioembolisation artérielle hépatique permet l’injection ciblée dans le système artériel hépatique d’un produit de chimiothérapie porté par un vecteur afin de délivrer localement un traitement pharmacologique, mais également d’obtenir une ischémie par occlusion vasculaire du réseau artériel tumoral.
Le principe physiopathologique se base sur l’anatomie vasculaire spécifique hépatique de double apport vasculaire, représenté à 75 % par le système porte et 25 % par le système artériel, avec une vascularisation préférentielle du parenchyme hépatique par le système porte.
Les lésions cibles de la chimioembolisation sont quant à elles majoritairement alimentées par le système artériel, surtout pour le carcinome hépatocellulaire (70 à 80 % des cas), permettant un meilleur ciblage des lésions et une épargne relative du parenchyme sain.
Le principe général de la chimioembolisation est donc d’amener un microcathéter dans le système artériel hépatique sous guidage radiologiq

Il vous reste 96% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Marc Haberlay

Radiologue Chef de service Service de radiologie interventionnelle et cardiovasculaire Centre hospitalier de Valenciennes

Christopher Fantini

Radiologue Service de radiologie interventionnelle et cardiovasculaire Centre hospitalier de Valenciennes

Déclaration des liens d'intérêts

Aucun lien d’intérêts déclaré par le(s) auteur(s) de cet article.

Bibliographie

  1. Reig M., Forner A., Rimola J. et coll., « BCLC strategy for prognosis prediction and treatment recommendation: The 2022 update », Journal of Hepatology, mars 2022, vol. 76, n° 3, p. 681‑693. DOI : 10.1016/j.jhep.2021.11.018.
  2. Lucatelli P., Burrel M., Guiu B. et coll., « CIRSE standards of practice on hepatic transarterial chemoembolisation », Cardiovascular and Interventional Radiology, décembre 2021, vol. 44, n° 12, p. 1851‑1867. DOI : 10.1007/s00270-021-02968-1.
  3. On behalf of the PRECISION ITALIA STUDY GROUP, Golfieri R., Giampalma E., Renzulli M. et coll., « Randomised controlled trial of doxorubicin-eluting beads vs conventional chemoembolisation for hepatocellular carcinoma », British Journal of Cancer, juillet 2014, vol. 111, n° 2, p. 255‑264. DOI : 10.1038/bjc.2014.199.
  4. Lammer J., Malagari K., Vogl T. et coll., « Prospective randomized study of doxorubicin-eluting-bead embolization in the treatment of hepatocellular carcinoma: results of the PRECISION V study », Cardiovascular and Interventional Radiology, février 2010, vol. 33, n° 1, p. 41‑52. DOI : 10.1007/s00270-009-9711-7.
  5. Facciorusso A., Di Maso M., Muscatiello N., « Drug-eluting beads versus conventional chemoembolization for the treatment of unresectable hepatocellular carcinoma: A meta-analysis », Digestive and Liver Disease, juin 2016, vol. 48, n° 6, p. 571‑577. DOI : 10.1016/j.dld.2016.02.005.
  6. Varela M., Real M. I., Burrel M. et coll., « Chemoembolization of hepatocellular carcinoma with drug eluting beads: Efficacy and doxorubicin pharmacokinetics », Journal of Hepatology, mars 2007, vol. 46, n° 3, p. 474‑481. DOI : 10.1016/j.jhep.2006.10.020.
  7. Guiu B., Deschamps F., Aho S. et coll., « Liver/biliary injuries following chemoembolisation of endocrine tumours and hepatocellular carcinoma: Lipiodol vs. drug-eluting beads », Journal of Hepatology, mars 2012, vol. 56, n° 3, p. 609‑617. DOI : 10.1016/j.jhep.2011.09.012.
  8. Monier A., Guiu B., Duran R. et coll., « Liver and biliary damages following transarterial chemoembolization of hepatocellular carcinoma: comparison between drug-eluting beads and lipiodol emulsion », European Radiology, avril 2017, vol. 27, n° 4, p. 1431‑1439. DOI : 10.1007/s00330-016-4488-y.
  9. Lee S., Kim K. M., Lee S. J. et coll., « Hepatic arterial damage after transarterial chemoembolization for the treatment of hepatocellular carcinoma: comparison of drug-eluting bead and conventional chemoembolization in a retrospective controlled study », Acta Radiologica, février 2017, vol. 58, n° 2, p. 131‑139. DOI : 10.1177/0284185116648501.
  10. Llovet J. M., Real M. I., Montaña X. et coll., « Arterial embolisation or chemoembolisation versus symptomatic treatment in patients with unresectable hepatocellular carcinoma: a randomised controlled trial », The Lancet, mai 2002, vol. 359, n° 9319, p. 1734‑1739. DOI : 10.1016/s0140-6736(02)08649-x.
  11. Kawai S., Tani M., Okamura J. et coll., « Prospective and randomized trial of lipiodol-transcatheter arterial chemoembolization for treatment of hepatocellular carcinoma: a comparison of epirubicin and doxorubicin (second cooperative study). The Cooperative study group for liver cancer treatment of Japan », Seminars in Oncology, avril 1997, vol. 24 (2 Suppl 6), S6-38-S6-45. PMID: 9151915.
  12. Favelier S., Boulin M., Hamza S. et coll., « Lipiodol trans-arterial chemoembolization of hepatocellular carcinoma with idarubicin: first experience », Cardiovascular Interventional Radiology, août 2013, vol. 36, n° 4, p. 1039‑1046. DOI : 10.1007/s00270-012-0532-8.
  13. Guiu B., Chevallier P., Assenat E. et coll., « Idarubicin-loaded beads for chemoembolization of hepatocellular carcinoma: The IDASPHERE II Single-Arm Phase II Trial », Radiology, juin 2019, vol. 291, n° 3, p. 801‑808. DOI : 10.1148/radiol.2019182399.
  14. Volkova M., Russell R., « Anthracycline cardiotoxicity: prevalence, pathogenesis and treatment », Current Cardiology Reviews, 2011, vol. 7, n° 4, p. 214‑220. DOI : 10.2174/157340311799960645.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

24 Mai

16:00

L’IRM du tenseur de diffusion (DTI) révèle comment la maladie d’Alzheimer et la maladie des petits vaisseaux cérébraux affectent la microstructure de la substance blanche du cerveau (étude).

13:30

L’ajout de la TEP-TDM au F-18 fluroestradiol (FES) à la biopsie et l’immunohistochimie peut augmenter la précision diagnostique du statut des récepteurs d’œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier en présence de lésions multiples. Les avantages s’expriment dans l’évitement des biopsies répétées et des traitements inutiles, indique une étude, qui identifie également de potentielles économies de coûts.
23 Mai

16:01

Docteur Imago

GRATUIT
VOIR