Imagerie interventionnelle

L’embolisation de fibrome utérin

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Quentin Sénéchal, Lamia Jarboui, Christophe Teriitehau, Francis Besse et Marine Bravetti Le 11/01/22 à 16:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:30 Lecture 19 min.

L’embolisation de fibromes utérins est une procédure efficace, avec une morbidité limitée et un taux de succès technique et clinique de plus de 90 %. © Bravetti M. et coll.

Résumé

Le fibrome utérin, également appelé myome ou fibromyome utérin, est la tumeur bénigne la plus fréquente de la femme en âge de procréer. La pathologie liée aux fibromes symptomatiques est un problème de santé publique, par sa prévalence et son retentissement sur la qualité de vie des femmes. Elle est d’ailleurs au cœur de l’actualité, puisqu’en mars 2021 a été lancée une campagne de sensibilisation aux menstruations et au fibrome utérin, avec le soutien et la participation du ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances [1].
En dehors du myome unique facilement résécable chirurgicalement, l’embolisation, décrite pour la première fois par l’équipe du Pr Ravina à l’hôpital Lariboisière (Paris) en 1995 [2], est un traitement mini invasif et de préservation de l’utérus bien établi et doit être systématiquement discutée et proposée aux patientes.
L’embolisation consiste à occlure de manière définitive les branches artérielles alimentant le fibrome afin de l’assécher [3]. La réussite de l’intervention et sa bonne tolérance nécessitent un parcours de soins bien établi, avec prise en charge pré-interventionnelle standardisée par consultation et imagerie (échographie, IRM +/- hystéroscopie), anticipation des cas particuliers, et prise en charge des douleurs postopératoires avec un suivi rapproché. La concertation entre radiologue interventionnel, radiologue diagnostique, gynécologue et anesthésiste est essentielle.

Quelques généralités

Physiopathologie

Le fibrome utérin constitue la tumeur bénigne la plus fréquente de la femme en période d’activité génitale. Il est multiple dans 2 cas sur 3. L’incidence augmente progressivement avec l’âge pour atteindre 40 % chez les femmes de plus de 40 ans, voir 80 % dans les populations afro-antillaises [4].
Les fibromes utérins sont des lésions issues du muscle lisse du myomètre (tumeurs mésenchymateuses mixtes). Ce sont des masses solides, fermes et bien limitées, plus ou moins enchâssées dans l’épaisseur du muscle utérin, refoulant le myomètre sain. Le fibrome ne possède pas de vascularisation propre, mais un plexus périmyomateux, constituant une couronne richement vascularisée par des capillaires issus de l’artère utérine droite et gauche avec de multiples communications, et plus rarement de l’artère ovarienne, épigastrique, ou du ligament rond [4].

Types de fibromes

La classification FIGO sert à localiser les fibromes de manière consensuelle dans l’é

Il vous reste 96% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Quentin Sénéchal

Radiologue interventionnel Centre cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Lamia Jarboui

Radiologue spécialiste en imagerie de la femme Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Christophe Teriitehau

Radiologue interventionel Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Francis Besse

Radiologue interventionnel Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Marine Bravetti

Radiologue interventionnelle Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Bibliographie

  1. Fibrome info France, https://fibrome-info-france.org/campagne-de-sensibilisation/cycle-de-conferences-en-ligne/. Site consulté le 20 décembre 2021.
  2. Ravina J. H., Herbreteau D., Houdart E., Aymard A., « Arterial embolisation to treat uterine myomata », Lancet, septembre 1995, vol. 346, n° 8976, p. 671–672. DOI : 10.1016/s0140-6736(95)92282-2.
  3. Trillaud H., « Fibromes utérins. Embolisation : pratiques actuelles », EMC Gynécologie, 2017, vol. 12, p. 1–7 [Article 615-A-20]. DOI : 10.1016/S0246-1064(17)59738-8.
  4. Giuliani E., As-Sanie S., Marsh E. E., « Epidemiology and management of uterine fibroids », International Journal of Gynaecology and Obstetrics, avril 2020, vol. 149, n° 1, p. 3-9. DOI : 10.1002/ijgo.13102.
  5. Munro M. G., Critchley H. O. D., Broder M. S. et coll. ; FIGO Working Group on Menstrual Disorders « FIGO classification system (PALM-COEIN) for causes of abnormal uterine bleeding in nongravid women of reproductive age », International Journal of Gynaecology and Obstetrics, avril 2011, vol. 113, n° 1, p. 3-13. DOI : 10.1016/j.ijgo.2010.11.011.
  6. Khan A. T., Shehmar M., Gupta J. K., « Uterine fibroids: current perspectives », International Journal of Women’s Health, janvier 2014, vol. 6, p. 95-114. DOI : 10.2147/IJWH.S51083.
  7. De Bruijn A. M., Ankum W. M., Reekers J. A. et coll., « Uterine artery embolization vs hysterectomy in the treatment of symptomatic uterine fibroids: 10-year outcomes from the randomized EMMY trial », American Journal of Obstetrics and Gynecology, décembre 2016, vol. 215, n° 6, p. 745.e1-745.e12. DOI : 10.1016/j.ajog.2016.06.051.
  8. Narayan A., Lee A. S., Kuo G. P. et coll., « Uterine artery embolization versus abdominal myomectomy: a long-term clinical outcome comparison », Journal of Vascular and Interventional Radiology, juillet 2010, vol. 21, n° 7, p. 1011-1017. DOI : 10.1016/j.jvir.2010.03.012. Epub 31 mai 2010.
  9. Goodwin S. C., Spies J. B., Worthington-Kirsch R. et coll. ; Fibroid Registry for Outcomes Data (FIBROID) Registry Steering Committee and Core Site Investigators, « Uterine artery embolization for treatment of leiomyomata: long-term outcomes from the FIBROID Registry », Obstetrics & Gynecology, janvier 2008, vol. 111, n° 1, p. 22-33. DOI : 10.1097/01.AOG.0000296526.71749.c9.
  10. Kohi M. P., Spies J. B., « Updates on uterine artery embolization », Seminars in Interventional Radiology, mars 2018, vol. 35, n° 1, p. 48-55. DOI : 10.1055/s-0038-1636521.
  11. Gupta J. K., Sinha A., Lumsden M. A. et coll., « Uterine artery embolization for symptomatic uterine fibroids », Cochrane Database of Systematic Reviews, décembre 2014, vol. 12, Art. CD005073. DOI : 10.1002/14651858.CD005073.pub4.
  12. Serres-Cousine O., Kuijper F. M., Curis E. et coll., « Clinical investigation of fertility after uterine artery embolization », American Journal of Obstetrics and Gynecology, octobre 2021, vol. 225, n° 4, p. 403.e1-403.e22. DOI : 10.1016/j.ajog.2021.05.033.
  13. Torre A., Fauconnier A., Kahn V. et coll., « Fertility after uterine artery embolization for symptomatic multiple fibroids with no other infertility factors », European Radiology, juillet 2017, vol. 27, n° 7, p. 2850–2859. DOI : 10.1007/s00330-016-4681-z. Epub 13 décembre 2016.
  14. Mohan P. P., Hamblin M. H., Vogelzang R. L., « Uterine artery embolization and its effect on fertility », Journal of Vascular and Interventional Radiology, juillet 2013, vol. 24, n° 7, p. 925-930. DOI : 10.1016/j.jvir.2013.03.014. Epub 20 mai 2013.
  15. Smeets A. J., Nijenhuis R. J., Boekkooi P. F. et coll., « Is an intrauterine device a contraindication for uterine artery embolization? A study of 20 patients », Journal of Vascular and Interventional Radiology, février 2010, vol. 21, n° 2, p. 272-274. DOI : 10.1016/j.jvir.2009.10.016. Epub 4 décembre 2009.
  16. « EMA suspends licence for ulipristal acetate for uterine fibroids », Drug and Therapeutics Bulletin, mai 2020, vol. 58, n° 5, p. 70. DOI : 10.1136/dtb.2020.000022.
  17. Testa A. C., Di Legge A., Bonatti M. et coll., « Imaging techniques for evaluation of uterine myomas », Best Practice and Research. Clinical Obstetrics and Gynaecology, juillet 2016, vol. 34, p. 37-53. DOI : 10.1016/j.bpobgyn.2015.11.014. Epub 30 novembre 2015.
  18. Sapoval M., Trillaud H., « Recommandation opérationnelle en radiologie interventionnelle — embolisation des fibromes utérins, SFICV 2019, SIGU 2019, SIFEM 2019 », Journal d’imagerie diagnostique et interventionnelle, février 2021, vol. 4, n° 1, p. 15-17. DOI : 10.1016/j.jidi.2020.05.019.
  19. Kim S. Y., Koo B.-N., Shin C. S. et coll., « The effects of single-dose dexamethasone on inflammatory response and pain after uterine artery embolisation for symptomatic fibroids or adenomyosis: a randomised controlled study », BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology, mars 2016, vol. 123, n° 4, p. 580-587. DOI : 10.1111/1471-0528.13785.
  20. Walker W. J., Pelage J. P., « Uterine artery embolisation for symptomatic fibroids: clinical results in 400 women with imaging follow up », BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology, novembre 2002, vol. 109, n° 11, p. 1262-1272. DOI : 10.1046/j.1471-0528.2002.01449.x.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

24 Mai

16:00

L’IRM du tenseur de diffusion (DTI) révèle comment la maladie d’Alzheimer et la maladie des petits vaisseaux cérébraux affectent la microstructure de la substance blanche du cerveau (étude).

13:30

L’ajout de la TEP-TDM au F-18 fluroestradiol (FES) à la biopsie et l’immunohistochimie peut augmenter la précision diagnostique du statut des récepteurs d’œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier en présence de lésions multiples. Les avantages s’expriment dans l’évitement des biopsies répétées et des traitements inutiles, indique une étude, qui identifie également de potentielles économies de coûts.
23 Mai

16:01

Docteur Imago

GRATUIT
VOIR