Imagerie vasculaire diagnostique et interventionnelle

Bilan et traitement du syndrome de congestion pelvienne (2/2) : traitement et suivi

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Quentin Sénéchal, Marine Bravetti, Perrine Echegut, Lamia Jarboui, Mehdi Bouaboula, Christophe Teriitehau, Laurent Macron, Marie Florin et Jacques Feignoux Le 22/02/21 à 16:00, mise à jour le 28/09/23 à 12:16 Lecture 9 min.

L’embolisation des varices pelviennes, des reflux, des communications vers les plexus veineux pelviens et les membres inférieurs permet une amélioration clinique significative avec un faible taux de complications. © Carla Ferrand

Résumé

Cet article est le deuxième d’une série de deux sur le syndrome de congestion pelvienne. Le syndrome de congestion pelvienne, manifestation clinique d’une insuffisance veineuse pelvienne chronique primitive (IVPC) ou secondaire, est caractérisé par des douleurs pelviennes chroniques à type de pesanteur, augmentées en période périmenstruelle, à la station debout prolongée, à la marche et en fin de journée. La présence de douleurs postcoïtales, d’une palpation douloureuse du point ovarien, de varices saphéniennes et/ou atypiques des membres inférieurs, est très évocatrice du syndrome. Le bilan d’imagerie associe l’échographie Doppler, l’IRM et/ou le scanner à la recherche d’une IVPC, de varice pelvienne, de point de fuite vers les membres inférieurs. La réalisation de la phlébographie aidée par les examens d’imagerie va établir une cartographie veineuse avec le sens des flux dans le but de guider le traitement endovasculaire par embolisation et dilatation des sténoses. L’embolisation des varices pelviennes, des reflux, des communications vers les plexus veineux pelviens et les membres inférieurs permet une amélioration clinique significative avec un faible taux de complication. Les radiologues et les angiologues ont une place centrale pour faire le diagnostic et orienter les patientes pour un traitement adapté et efficace. Cette deux

Choix thérapeutique

Une fois la cartographie veineuse réalisée, le choix thérapeutique est décidé. En dehors du syndrome de May-Thurner sans insuffisance veineuse des veines ovariques, le premier temps thérapeutique consiste toujours en l’embolisation des reflux, des varices pelviennes et des communications veineuses. Notre équipe respecte toujours les troncs veineux iliaques internes et les veines sacrales [1]. L’indication d’embolisation est posée pour toutes les veines ovariques et pelviennes présentant un reflux spontanément ou après manœuvre de Vasalva. Lorsque l’insuffisance veineuse opacifie des veines controlatérales, des fuites des membres inférieurs ou de multiples reflux et secteurs variqueux ou dilatés, plusieurs embolisations sont programmées. Le but est de remplir par l’agent embolisant le maximum du réseau pathologique afin d’éviter les échecs cliniques et les récidives.

Traitement

La première consultation, avec l’interrogatoire et l’examen clinique, a pour objectif

Il vous reste 92% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Quentin Sénéchal

Radiologue interventionnel Centre cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Marine Bravetti

Radiologue interventionnelle Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Perrine Echegut

Angiologue Centre cardiologique du Nor Saint-Denis (93)

Lamia Jarboui

Radiologue spécialiste en imagerie de la femme Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Mehdi Bouaboula

Radiologue spécialiste en imagerie de la femme Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Christophe Teriitehau

Radiologue interventionel Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Laurent Macron

Radiologue cardiovasculaire Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Marie Florin

Radiologue spécialiste en imagerie de la femme Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93)

Jacques Feignoux

Radiologue cardiovasculaire Centre d'imagerie du Nord Saint-Denis (93

Bibliographie

  1. Guirola J. A., Sánchez-Ballestin M., Sierre S. et coll., « A randomized trial of endovascular embolization treatment in pelvic congestion syndrome: fibered platinum coils versus vascular plugs with 1-year clinical outcomes », Journal of Vascular and Interventional Radiology, janvier 2018, vol. 29, n° 1, p. 45-53. DOI : 10.1016/j.jvir.2017.09.011.
  2. Simsek M., Burak F., Taskin O., « Effects of micronized purified flavonoid fraction (Daflon) on pelvic pain in women with laparoscopically diagnosed pelvic congestion syndrome: a randomized crossover trial », Clinical and Experimental Obstetrics and Gynecology, 2007, vol. 34, n° 2, p. 96–98. PMID : 17629162.
  3. Taskin O., Sahin L., Gavrilov S. et coll., « Medical treatment of pelvic congestion syndrome », Phlebolymphology, 2016, vol. 23, n° 3, p. 146 – 153. https://www.researchgate.net/publication/312495720_Medical_treatment_of_pelvic_congestion_syndrome. Site consulté le 7 janvier 2021.
  4. Sator-Katzenschlager S.M., Scharbert G., Kress H. G. et coll., « Chronic pelvic pain treated with gabapentin and amitriptyline: a randomized controlled pilot study », Wiener Klinische Wochenschrift, novembre 2005, vol. 117, n° 21-22, p. 761–768. DOI : 10.1007/s00508-005-0464-2.
  5. Beard R. W., Franks S., Reginald P. W. et coll., « Medroxyprogesterone acetate in the treatment of pelvic pain due to venous congestion », British Journal of Obstetrics and Gynaecology, octobre 1989, vol. 96, n° 2, p. 1148–1152. DOI : 10.1111/j.1471-0528.1989.tb03189.x.
  6. Shokeir T., Amr M., Abdelshaheed M., « The efficacy of Implanon for the treatment of chronic pelvic pain associated with pelvic congestion: 1-year randomized controlled pilot study », Archives of Gynecology and Obstetrics, septembre 2009, vol. 280, n° 3, p. 437–443. DOI : 10.1007/s00404-009-0951-1.
  7. Farquhar C. M., Rogers V., Franks S. et coll., « A randomized controlled trial of medroxyprogesterone acetate and psychotherapy for the treatment of pelvic congestion », British Journal of Obstetrics ans Gynaecology, octobre 1989, vol. 96, n° 10. 1153–1162. DOI : 10.1111/j.1471-0528.1989.tb03190.x.
  8. Gangar K. .F, Stones R. W., Saunders D. et coll., « An alternative to hysterectomy? GnRH analogue combined with hormone replacement therapy », British Journal of Obstetrics and Gynaecology, avril 1993, vol. 100, n° 4, p. 360–364. DOI : 1111/j.1471-0528.1993.tb12980.x.
  9. Chung M.-H., Huh C.-Y., « Comparison of treatments for pelvic congestion syndrome », The Tohoku Journal of Experimental Medicine, novembre 2003, vol. 201, n° 3, p. 131–138. DOI : 10.1620/tjem.201.131.
  10. Edwards R. D., Robertson I. R., MacLean A. B. et coll., « Case report: pelvic pain syndrome—successful treatment of a case by ovarian vein embolization », Clinical Radiology, juin 1993, vol. 47, n° 6, p. 429–431. DOI : 10.1016/S0009-9260(05)81067-0.
  11. Kim H. S., Malhotra A. D., Rowe P. C. et coll., « Embolotherapy for pelvic congestion syndrome: long-term results », Journal of Vascular and Interventional Radiology, février 2006, vol. 17, p. 289–297. DOI : 10.1097/01.rvi.0000194870.11980.f8.
  12. Laborda A., Medrano J., de Blas I. et coll., « Endovascular treatment of pelvic congestion syndrome: visual analog scale (VAS) long-term follow-up clinical evaluation in 202 patients », Cardiovascular Interventional Radiology, août 2013, vol. 36, n° 4, p. 1006–1014. DOI : 10.1007/s00270-013-0586-2.
  13. Marcelin C., Izaaryene J., Castelli M. et coll., « Embolization of ovarian vein for pelvic congestion syndrome with ethylene vinyl alcohol copolymer (Onyx®) », Diagnostic and Interventional Imaging, décembre 2017, vol. 98, n° 12, p. 843-848. DOI : 10.1016/j.diii.2017.05.011.
  14. Antignani P.-L., Lazarashvili Z., Monedero J. L., et coll., « Diagnosis and treatment of pelvic congestion syndrome: UIP consensus document », International Angiology, août 2019, vol. 38, n° 4, p. 265‐283. DOI : 10.23736/S0392-9590.19.04237-8.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

23 Mai

16:01

13:31

Dans une étude incluant près de 5000 patients, des caractéristiques telles que l'origine ethnique et l’âge étaient susceptibles d’engendrer des résultats faussement positifs après des examens de tomosynthèse mammaire numérique interprétés à l’aide d’un algorithme d’IA approuvé par la FDA.

7:31

Dans le cadre d’une étude présentée dans The Lancet Digital Health, ChatGPT-4 a fourni des réponses jugées acceptables sans intervention des oncologues à des questions de patients sur le cancer dans 58 % des cas. 7 % des réponses ont été qualifiées de « peu sûres » par ces mêmes oncologues.
22 Mai

16:31

Un modèle d'apprentissage profond utilisant l'IRM injectée de type DCE distingue plus efficacement que les cliniciens les carcinomes hépatocellulaires proliférants des carcinomes hépatocellulaires non-proliférants, d'après une étude rétrospective multicentrique chinoise portant sur 355 patients et parue dans Academic Radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR