Dépistage du cancer du sein

Un modèle d’IA réduit la charge de travail de près de 70 %

Un modèle d'intelligence artificielle développé par la firme coréenne Lunit a détecté les cancers du sein avec une sensibilité de 72,38 % et une spécificité de 92,86 % tout en réduisant la charge de travail des radiologues, dans le cadre d’une étude menée à partir des données du programme de dépistage turc.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 19/04/24 à 7:00 Lecture 2 min.
Un modèle d'intelligence artificielle développé par la firme coréenne Lunit a détecté les cancers du sein avec une sensibilité de 72,38 % et une spécificité de 92,86 % tout en réduisant la charge de travail des radiologues, dans le cadre d’une étude menée à partir des données du programme de dépistage turc. Seker, M.E., Koyluoglu, Y.O., Ozaydin, A.N. et al. Diagnostic capabilities of artificial intelligence as an additional reader in a breast cancer screening program. Eur Radiol (2024). https://doi.org/10.1007/s00330-024-10661-3

Cette étude a montré que l’IA peut détecter les cancers avec une sensibilité de 72,38 % et une spécificité de 92,86 % lorsqu’elle est intégrée à un flux de travail de dépistage en tant que mécanisme de triage (photo d'illustration). © Seker et al | European Radiology

Utilisée en tant que second lecteur ou comme système d’aide à la décision assistée par ordinateur dans le cadre du dépistage du cancer du sein, l’intelligence artificielle (IA) a un potentiel important pour limiter les erreurs humaines dans la lecture des mammographies et améliorer la spécificité. C’est ce qu’indique une étude parue dans European Radiology [1].

Étudier la capacité de détection précoce de l’IA

Les chercheurs ont évalué les capacités de détection précoce de l’IA dans un programme de dépistage sur sa durée, « en mettant l’accent sur la détection des cancers de l’intervalle, la détection précoce des cancers avec l’aide de l’IA lors de visites antérieures et son impact sur la charge de travail », expliquent-ils. Le modèle d’IA évalué dans le cadre de ces travaux est le logiciel INSIGHT MMG® version 1.1.7.1 du développeur coréen Lunit. Ce dispositif d’interprétation de mammographies disponible dans le commerce utilise des algorithmes de réseau neuronal convolutif, mentionn

Il vous reste 72% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Bibliographie

  1. Seker M. E., Koyluoglu Y. O., Ozaydin A. N. et al, « Diagnostic capabilities of artificial intelligence as an additional reader in a breast cancer screening program », European Radiology, février 2024. DOI : 10.1007/s00330-024-10661-3

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR