Autorisations en neuroradiologie interventionnelle

« Il fallait mettre à jour les organisations pour assurer l’égalité d’accès aux soins »

Deux décrets publiés en janvier 2022 réorganisent l’implantation et le fonctionnement des centres de neuroradiologie interventionnelle. Jérôme Berge, responsable du développement de cette activité au sein de la Société française de neuroradiologie (SFNR), nous explique les enjeux de cette réforme, qui doit permettre de mieux prendre en charge les AVC sur le territoire.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 12/05/22 à 7:00, mise à jour le 13/11/23 à 22:22 Lecture 8 min.

« Notre rôle, en tant que société savante, est de faire en sorte que les praticiens travaillent dans de bonnes conditions, sans se retrouver en situation de burn-out ou de perte de la qualité et de l’épanouissement au travail », souligne Jérôme Berge. D. R.

Docteur Imago / Les décrets n° 2022-21 et 2022-22 du 10 janvier 2022 redéfinissent les conditions d’implantation et de fonctionnement de l’activité de neuroradiologie interventionnelle. Qu’est-ce qui a motivé cette réforme ? Jérôme Berge / La neuroradiologie interventionnelle fait partie des 11 spécialités médicales soumises à autorisation. Les précédents décrets, en 2007-2010, avaient bien organisé les centres de neuroradiologie interventionnelle dans les CHU. Cette offre avait été calibrée pour la prise en charge endovasculaire des anévrismes intracrâniens. Mais après l’apparition de la thrombectomie pour le traitement des AVC ischémiques, en 2015, nous avons rapidement objectivé que la distance était un facteur de perte de chances pour les patients : ceux qui habitaient à proximité d’un CHU, par exemple à Bordeaux, étaient rapidement pris en charge, mais ceux de Pau ou Bayonne étaient transportés pendant 3 heures, ce qui retentissait sur leur score neurologique à trois mois. Or,

Il vous reste 91% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

14 Juin

16:01

La perforation du tractus gastro-intestinal après l’ablation par radiofréquence (ARF) pour les tumeurs hépatiques est rare, mais est associée avec une mortalité élevée. C’est ce que révèle une étude évaluant les facteurs de risque après l’ARF si la tumeur index est situé autour de l’intestin grêle.  

13:31

L'entreprise française DMS Group, qui produit des systèmes d'imagerie pour la radiologie numérique et l'ostéodensitométrie, a annoncé la signature d'un accord avec Medlink Imaging, filiale du coréen Vieworks, pour la vente aux États-Unis des solutions de radiologie mobile M1 de Solutions for Tomorrow.

7:31

La lymphangiographie par IRM de contraste dynamique est une technique sûre et reproductible pour l'imagerie du système lymphatique central chez les patients atteints d'anomalies lymphatiques primitives, conclut un article de Clinical Radiology.
13 Juin

16:01

Les comptes rendus de radiologie générés par l’IA se montrent prometteurs pour produire une meilleure qualité de rapports et améliorer les flux de travail en radiologie, indique une étude.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR