Pancréas

Diagnostic et traitement radiologique des complications de la pancréatite aiguë suivant la classification d’Atlanta 2012

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Magaly Zappa Le 29/06/23 à 15:00, mise à jour le 22/05/24 à 15:22 Lecture 17 min.

La radiologie interventionnelle occupe une place majeure dans la prise charge des complications, par le drainage pour les collections et l’embolisation pour le faux anévrysme. © Magaly Zappa

Résumé

La pancréatite aiguë est une pathologie grave et de plus en plus fréquente, dont les complications sont potentiellement mortelles. La conférence d’Atlanta a codifié sa prise en charge, qui doit être pluridisciplinaire. Le scanner, qui est l’imagerie de référence, joue un rôle important dans le diagnostic du type de pancréatite et des complications locales principalement représentées par les collections. La description et la classification des collections, en particulier de leur nature nécrosante, est importante pour optimiser la décision thérapeutique, et doit donc figurer dans le compte rendu. La complication la plus grave de ces collections est la surinfection, qui est évaluée au scanner après apparition de signes cliniques. Le faux anévrysme est la complication vasculaire la plus sérieuse, qui doit être recherchée au scanner quand la clinique est évocatrice. La radiologie interventionnelle occupe une place majeure dans la prise charge de ces complications, par le drainage pour les collections et l’embolisation pour le faux anévrysme.

Introduction

La pancréatite aiguë (PA) est une maladie inflammatoire du pancréas, dont les étiologies les plus fréquentes sont l’intoxication alcoolique et la migration d’un calcul vésiculaire. C’est une pathologie de plus en plus fréquente, nécessitant une prise en charge multidisciplinaire. Cette prise en charge a été organisée par des experts de différentes spécialités au cours de ce qui s’appelle d'Atlanta, la plus récente datant de 2012. Cette conférence a ainsi codifié en particulier le diagnostic des PA, leur classification, leur sévérité et les complications. Ces dernières se différencient en complications générales, représentées principalement par les défaillances viscérales, et en complications locales, dominées par les collections, pour lesquelles l’imagerie a une place importante dans le diagnostic, la classification et la prise en charge thérapeutique [1, 2].

Quelle imagerie dans les complications locales de la pancréatite aiguë ?

Le scanner avec injection est l’imageri

Il vous reste 96% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Magaly Zappa

Médecin radiologue Centre hospitalier de Cayenne Cayenne

Déclaration des liens d'intérêts

Aucun lien d’intérêts déclaré par le(s) auteur(s) de cet article.

Bibliographie

  1. Banks P. A. , Bollen T. L., Dervenis C. et coll., « Classification of acute pancreatitis–2012: revision of the Atlanta classification and definitions by international consensus », Gut, 2013, vol. 62, n° 1, p. 102-111. DOI : 10.1136/gutjnl-2012-302779.
  2. Thoeni R. F., « The revised Atlanta classification of acute pancreatitis: its importance for the radiologist and its effect on treatment », Radiology, 2012, vol. 262, n° 3, p. 751-764. DOI : 10.1148/radiol.11110947 .
  3. Mortele K. J., Ip I. K., Wu B. U. et coll., « Acute pancreatitis: imaging utilization practices in an urban teaching hospital–analysis of trends with assessment of independent predictors in correlation with patient outcomes », Radiology, 2011, vol. 258, n° 1, p. 174-181. DOI : 10.1148/radiol.10100320.
  4. Rocha A. P. C., Schawkat K., Mortele K. J., « Imaging guidelines for acute pancreatitis: when and when not to image », Abdominal Radiology (NY), mai 2020, vol. 45, n° 5, p. 1338-1349. DOI : 10.1007/s00261-019-02319-2.
  5. Avanesov M., Weinrich J. M., Kraus T. et coll., « MDCT of acute pancreatitis: Intraindividual comparison of single-phase versus dual-phase MDCT for initial assessment of acute pancreatitis using different CT scoring systems », European Journal of Radiology, novembre 2016, vol. 85, n° 11, p. 2014-2022. DOI : 10.1016/j.ejrad.2016.09.013.
  6. Working Group IAP/APA Acute Pancreatitis Guidelines, « IAP/APA evidence-based guidelines for the management of acute pancreatitis », Pancreatology, juillet-août 2013, vol. 13 (4 Suppl 2) : e1-e15. DOI : 10.1016/j.pan.2013.07.063.
  7. Sandrasegaran K., Heller M. T., Panda A. et coll., « MRI in acute pancreatitis », Abdominal Radiology (NY), mai 2020, vol. 45, n° 5, p. 1232-1242. DOI : 10.1007/s00261-019-02141-w.
  8. Fung C., Svystun O., Fouladi D. F. et coll., « CT imaging, classification, and complications of acute pancreatitis », Abdominal Radiology (NY), mai 2020, vol. 45, n° 5, p. 1243-1252. DOI : 10.1007/s00261-019-02236-4.
  9. Büchler M. W., Gloor B., Müller C. A. et coll., « Acute necrotizing pancreatitis: treatment strategy according to the status of infection », Annals of Surgery, novembre 2000, vol. 232, n° 5, p. 619-626. DOI : 10.1097/00000658-200011000-00001.
  10. Ronot M., Prat F., « Interventional radiology and endoscopy » In SFR Sdl, editor. Imagerie du pancréas, 2022, p. 237-246.
  11. Türkvatan A., Erden A., Türkoglu M. A. et coll., « Imaging of acute pancreatitis and its complications. Part 2: complications of acute pancreatitis », Diagnostic and Interventional Imaging, février 2015, vol. 96, n° 2, p. 161-169. DOI : 10.1016/j.diii.2013.12.018.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR