Éditorial

L’envol de la radiologie interventionnelle

Aujourd’hui, on peut affirmer que la radiologie interventionnelle a pris son envol, et s’en réjouir. Son ascension reste toutefois limitée par un manque de reconnaissance scientifique, publique et financière. Pour y remédier, les radiologues devront s'appuyer sur la sensibilisation du public et la coopération avec les autres spécialités.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 11/12/23 à 7:00 Lecture 2 min.

La neuroradiologie interventionnelle illustre le développement de l'interventionnel en général : 7 189 thrombectomies ont été réalisées en 2020 contre 2 822 en 2015, d’après la Société française de neuroradiologie. © Carla Ferrand

Il y a cinq ans de cela, nous réalisions un dossier sur la radiologie interventionnelle, évoquant alors son potentiel de développement (lire Docteur Imago n° 10) et ses nombreux atouts pour la profession. Nous écrivions alors d’elle qu’elle était ultraciblée, mini-invasive, versatile, à la fois diagnostique et thérapeutique, économique, incontournable, et j’en passe. Aujourd’hui, on peut affirmer que cette surspécialité de la radiologie a pris son envol, et s’en réjouir.

Phase de croissance

Car oui, la radiologie interventionnelle, loin de son état embryonnaire, est bien entrée dans sa phase de croissance. Plusieurs éléments le prouvent. D’abord, le nombre de confrères qui la pratiquent augmente. Les internes et les jeunes radiologues sont de plus en plus nombreux à vouloir s’orienter vers cette surspécialité. Ensuite, le nombre d’actes explose, même s’il est encore aujourd’hui compliqué d’en avoir une vision globale. Un des exemples est la neuroradiologie interventionnelle, où 7 1

Il vous reste 71% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Avatar photo

Benjamin Bassereau

Directeur de la rédaction BOM Presse Clichy

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR