Portrait

Guillaume Herpe, je collectif

Radiologue des urgences au CHU de Poitiers, Guillaume Herpe a fédéré la communauté radiologique autour de son projet de veille sanitaire lors de la première vague épidémique. Il espère aujourd'hui transformer l'essai en déclinant cette idée.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 13/01/22 à 8:00, mise à jour le 11/01/24 à 17:07 Lecture 6min.

« Je suis très attaché à l’hôpital public. Quand je sors d’astreinte, je n’ai pas dormi de la nuit mais je suis fier de moi car je sais que j’ai été présent pour rendre service », confie Guillaume Herpe. © C. F.

La pandémie de Covid-19 a été une occasion inattendue pour lui de se faire un nom dans le monde de la radiologie. Guillaume Herpe, 37 ans, radiologue au CHU de Poitiers (86), est l’initiateur du Réseau Covid Imagerie qui, pendant huit semaines, a monitoré l’activité de scanner Covid en France lors de la première vague épidémique. Début 2020, le jeune médecin s’occupait des urgences de l’établissement et a senti l’onde de choc se propager : « Nous avions des retours sur des centres qui étaient submergés, mais pas vraiment de chiffres et de données. Le projet de veille sanitaire a commencé comme ça », se remémore-t-il.

Une mobilisation sans précédent

Très vite, le processus se met en route et bénéficie de l’effervescence générale. Son idée de veille sanitaire en imagerie remonte au Collège des enseignants de radiologie de France (CERF), à la Société française de radiologie (SFR), puis au Conseil national professionnel (G4). « J’ai aussi contacté les sociétés de téléradiologie pour qu’e

Il vous reste 88% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR