Imagerie du premier épisode psychotique

À Lille, neuroradiologues et psychiatres s’épaulent au profit de la recherche

Au CHU de Lille, des praticiens coopèrent depuis plusieurs années autour de la prise en charge des patients présentant un premier épisode psychotique. Dans le cadre du projet pilote PSYMAC (59), les neuroradiologues ont mis une IRM de recherche à la disposition des psychiatres.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 19/01/21 à 8:00, mise à jour hier à 15:07 Lecture 7 min.

Une jeune patiente est prise en charge au service de neuro-imagerie du CHU de Lille pour un examen du protocole PSYMAC © C. F.

Ce jeudi matin, à l’hôpital Roger-Salengro du CHU de Lille (59), une jeune patiente se présente à l’IRM pour un examen du protocole PSYMAC. Elle a 12 ans. Un peu gauche, toute frêle dans son jean déchiré aux genoux, elle écoute les instructions de Chloé Crinquette et Adrien Detombe, les deux manips qui l’installent sur la machine. L’examen anatomique et fonctionnel de son cerveau doit durer 50 minutes. « Les psychiatres ont la consigne de prévenir que c’est un examen long », explique le neuroradiologue Olivier Outteryck.

Une IRM dans les 15 jours

Les patients souffrant d’un premier épisode psychotique présentent des symptômes très variés qui peuvent associer hallucinations visuelles et/ou auditives, éléments délirants, désorganisation, dépression ou exaltation de l’humeur. « Face à ce tableau clinique très riche, il est parfois difficile d’écarter un certain nombre de diagnostics différentiels, d’où l’intérêt de l’imagerie comme outil supplémentaire », souligne le pédopsychiatre Renaud J

Il vous reste 90% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

24 Mai

16:00

L’IRM du tenseur de diffusion (DTI) révèle comment la maladie d’Alzheimer et la maladie des petits vaisseaux cérébraux affectent la microstructure de la substance blanche du cerveau (étude).

13:30

L’ajout de la TEP-TDM au F-18 fluroestradiol (FES) à la biopsie et l’immunohistochimie peut augmenter la précision diagnostique du statut des récepteurs d’œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier en présence de lésions multiples. Les avantages s’expriment dans l’évitement des biopsies répétées et des traitements inutiles, indique une étude, qui identifie également de potentielles économies de coûts.
23 Mai

16:01

Docteur Imago

GRATUIT
VOIR