Imagerie du sport

Les particularités de l’imagerie olympique

À l’ECR 2023, le radiologue Ali Guermazi a présenté un retour d’expérience du service d’imagerie des Jeux olympiques d’été de Rio de Janeiro, en 2016. Axée sur le musculosquelettique et l’IRM, la radiologie olympique est un pivot de la prise en charge des athlètes.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 08/03/23 à 8:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:23 Lecture 2min.

Le musculosquelettique représente la majorité des pathologies rencontrées par les radiologues pendant la compétition. Capture d'écran ECR 2023

En 2016, Ali Guermazi, expert en imagerie musculosquelettique du sport à la faculté de médecine de Boston (États-Unis), a participé au suivi des athlètes des jeux olympiques de Rio (Brésil). Il en a rapporté de nombreuses données qu’il a présentées lors du Congrès européen de radiologie (ECR), vendredi 3 mars 2023.

Une lourde responsabilité

Au village olympique de Rio, le service d’imagerie central, ouvert à toutes les délégations, était ouvert de 7 heures à 23 heures tous les jours. Certains pays, dont la France, avaient aussi fait le déplacement avec leur personnel et leurs appareils d’imagerie. « L’imagerie joue un rôle important pour confirmer le diagnostic, différencier les pathologies aiguës et chroniques et évaluer la sévérité des blessures », affirme Ali Guermazi. Une lourde responsabilité pour les radiologues, dont le compte rendu peut conduire un athlète blessé à jeter l’éponge. « Les JO sont un moment fondateur de la carrière de certains sportifs, l’expérience d’une vie pour d

Il vous reste 65% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Bibliographie

  1. Guermazi A., Hayashi D., Jarraya M. et coll., « Sports injuries at the Rio de Janeiro 2016 summer olympics : use of diagnostic imaging services », Radiology, juin 2018, vol. 287, n° 3, p. 922-932. DOI : 10.1148/radiol.2018171510
  2. Jarraya M., Crema M. D., Engebretsen L. et coll., « Epidemiology of imaging-detected tendon abnormalities in athletes participating in the Rio de Janeiro 2016 summer olympics », British Journal of Sports Medicine, avril 2018, vol. 52, n° 7, p. 465-469. DOI : 10.1136/bjsports-2017-098187.
  3. Hayashi D., Jarraya M., Engebretsen L. et coll., « Epidemiology of imaging-detected bone stress injuries in athletes participating in th Rio de Janeiro 2016 summer olympics », British Journal of Sports Medicine, avril 2018, vol. 52, n° 7, p. 470-474. DOI : 10.1136/bjsports-2017-098189.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR