Objectif 0,001 T

IRM à très bas champ : Chipiron vise toujours plus bas

La startup française Chipiron tente d'adapter l'IRM à l'utilisation de détecteurs quantiques SQUID, réagissant à d'infimes variations magnétiques. Cette sensibilité pourrait ouvrir la voie à de nouvelles IRM portables à bas coût et à bas champ adaptées aux urgences et à l'imagerie des extrémités, y compris dans des locaux inadaptés pour l'IRM standard.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 28/06/23 à 15:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:24 Lecture 2min.

Dans les locaux parisiens de Chipiron. À gauche, le cryostat cylindrique comprend le détecteur SQUID : à droite, la cage de polarisation. © Chipiron

L'IRM à très bas champ, au champ magnétique compris entre 10 mT et 100 mT, a le vent en poupe. Les progrès technologiques en reconstruction d'images de ces dernières années ont relancé la course à l’innovation. L'IRM portable californienne Promaxo® (66 mT) a ainsi enclenché un processus de marquage CE en s'intégrant dans des unités de recherche médicale européennes pour évaluer son efficacité dans la détection des cancers de la prostate, tandis que l'entreprise américaine Hyperfine a annoncé le 22 février 2023 le marquage CE de son IRM portable Swoop® (64 mT). Encore à un stade de développement initial, la startup française Chipiron envisage de faire son trou dans ce marché de niche en développant la première machine à « ultra bas champ » : l'IRM… à 1 mT !

Maîtriser la sensibilité des détecteurs SQUID

À l'origine de ce projet fou, l'utilisation d'une technologie radicalement différente des autres IRM à ultra bas champ : des magnétomètres quantiques connus depuis longtemps, les SQUID, pou

Il vous reste 74% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR