Cancer du sein

La place de la tomosynthèse dans le dépistage organisé fait débat chez les radiologues libéraux

Si la HAS recommande le déploiement progressif de la tomosynthèse dans le dépistage organisé du cancer du sein, la technique divise parmi les radiologues libéraux. La plupart estiment qu’elle peut apporter un complément d’information crucial tandis que certains s’inquiètent du manque de données soutenant cette pratique.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 11/05/23 à 7:00, mise à jour le 11/09/23 à 13:24 Lecture 6 min.

Employée par nombre de radiologues libéraux en complément de la mammograpie standard, la tomosynthèse est plébiscitée par nombre de radiologues libéraux sans toutefois faire l'unanimité (photo d'illustration). © Carla Ferrand

La Haute Autorité de santé a statué le 17 mars en faveur d'une utilisation de la tomosynthèse (TS) dans le dépistage organisé du cancer du sein (DOCS), à condition qu’elle soit systématiquement associée à la reconstruction d’une image 2D synthétique (TS + 2Ds). Si la décision est inapplicable en l'état du DOCS, faute de dématérialisation de la deuxième lecture et de validation de la qualité diagnostique de la 2Ds, nombre de radiologues libéraux utilisent aujourd’hui la tomosynthèse en complément de la mammographie standard.

« Cet examen s'est rendu indispensable »

« Je réalise en général une incidence de tomosynthèse par sein en DOCS en fonction de la glande mammaire en plus de la mammographie, à part pour les patientes qui ont des seins purement graisseux », détaille ainsi Grégory Lenczner, associé gérant au sein du groupe Radiologie Paris Ouest et vice-président de la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR). Cette utilisation quasi-systématique de la TS en DOCS est égaleme

Il vous reste 88% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

14 Juin

16:01

La perforation du tractus gastro-intestinal après l’ablation par radiofréquence (ARF) pour les tumeurs hépatiques est rare, mais est associée avec une mortalité élevée. C’est ce que révèle une étude évaluant les facteurs de risque après l’ARF si la tumeur index est situé autour de l’intestin grêle.  

13:31

L'entreprise française DMS Group, qui produit des systèmes d'imagerie pour la radiologie numérique et l'ostéodensitométrie, a annoncé la signature d'un accord avec Medlink Imaging, filiale du coréen Vieworks, pour la vente aux États-Unis des solutions de radiologie mobile M1 de Solutions for Tomorrow.

7:31

La lymphangiographie par IRM de contraste dynamique est une technique sûre et reproductible pour l'imagerie du système lymphatique central chez les patients atteints d'anomalies lymphatiques primitives, conclut un article de Clinical Radiology.
13 Juin

16:01

Les comptes rendus de radiologie générés par l’IA se montrent prometteurs pour produire une meilleure qualité de rapports et améliorer les flux de travail en radiologie, indique une étude.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR