François Arnault, président du CNOM

« Nous avons des leviers face à la puissance financière et nous allons nous en servir »

Le Conseil national de l’Ordre des médecins s’est adapté pour répondre aux nouveaux défis posés par les investisseurs privés et garantir le respect des règles déontologiques. François Arnault, son président, livre son analyse de la situation en radiologie et affermit la position de l’institution.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 25/03/24 à 7:00, mise à jour le 26/03/24 à 17:30 Lecture 6min.

« Nous sommes les seuls à pouvoir empêcher une société de fonctionner si elle ne respecte pas les règles déontologiques », signale François Arnault, le président du CNOM. © C. F.

Docteur Imago / Pourquoi, selon-vous, le secteur de la santé est-il ciblé par la financiarisation ? François Arnault / C’est un phénomène multifactoriel. Le premier facteur que j’identifie est la perte des capacités financières des spécialités. Les revenus des radiologues se sont contractés de façon assez significative alors que les matériels d’imagerie sont des technologies extrêmement coûteuses. Les radiologues ont donc eu de plus en plus de difficultés à assumer ces dépenses. S’est ajouté à cela un problème démographique. La radiologie reste cependant une spécialité toujours rentable, et il y a eu une opportunité pour les sociétés financières d’investir ce secteur pour essayer de le rentabiliser en faisant des regroupements, en mutualisant. Nous n’avons sans doute pas encore tout vu de ce que les financiers veulent obtenir. En tout cas, ils ont attaqué le secteur de façon assez massive et frontale. D. I. / Comment expliquer une telle percée ? F. A. / Les financiers ont réus

Il vous reste 89% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR