Depuis plusieurs années, les études contradictoires se succèdent au sujet de l’efficacité du dépistage organisé sur l’incidence des cancers du sein de stade avancé. Une équipe dirigée par Mireille Broeders, chercheuse spécialisée en dépistage du cancer du sein à l’Institut Radboud de Nijmegen (Pays-Bas), a voulu savoir d’où venaient ces discordances. Les résultats de ses travaux sont parus le 3 septembre dans la revue BMC Cancer [1].

Des données issues de 10 pays européens

Les chercheurs ont...