JFR 2023

Les fondamentaux de l’imagerie pour le diagnostic de pyélonéphrite et de colique néphrétique

Une présentation des JFR 2023 s'est intéressée au diagnostic de la pyélonéphrite et de la colique néphrétique aux urgences. Dans ce domaine, l'échographie joue un rôle de premier plan, secondée par le scanner basse dose.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 31/10/23 à 15:00 Lecture 4 min.

Ahmed-Ali El Ahmadi, radiologue à l’hôpital Nord de Marseille, a détaillé les particularités des examens d’imagerie pour le diagnostic de la pyélonéphrite et de la colique néphrétique. © Carla Ferrand

Le 13 octobre dernier, une session des Journées françaises de radiologie (JFR) sur l’échographie abdominale en urgence chez l'adulte présentait les bases de l’exploration de la douleur lombaire. Ahmed-Ali El Ahmadi, radiologue à l’hôpital Nord de Marseille, a détaillé les particularités des examens d’imagerie pour le diagnostic de la pyélonéphrite et de la colique néphrétique.

La clinique et la biologie de la pyélonéphrite

La pyélonéphrite concerne principalement les femmes jeunes, « elle est favorisée par les uropathies sous-jacentes, et la principale étiologie infectieuse est la bactérie E.coli », précise Ahmed-Ali El Ahmadi. Le radiologue souligne que le diagnostic se base prioritairement sur la clinique et la biologie : « Cliniquement la pyélonéphrite se présente par de la fièvre, des nausées, des vomissements, des douleurs lombaires et abdominales, et une pyurie. Elle peut vite s’aggraver vers un choc septique, indique-t-il. En biologie, on aura une bandelette urinaire positive

Il vous reste 84% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

14 Juin

16:01

La perforation du tractus gastro-intestinal après l’ablation par radiofréquence (ARF) pour les tumeurs hépatiques est rare, mais est associée avec une mortalité élevée. C’est ce que révèle une étude évaluant les facteurs de risque après l’ARF si la tumeur index est situé autour de l’intestin grêle.  

13:31

L'entreprise française DMS Group, qui produit des systèmes d'imagerie pour la radiologie numérique et l'ostéodensitométrie, a annoncé la signature d'un accord avec Medlink Imaging, filiale du coréen Vieworks, pour la vente aux États-Unis des solutions de radiologie mobile M1 de Solutions for Tomorrow.

7:31

La lymphangiographie par IRM de contraste dynamique est une technique sûre et reproductible pour l'imagerie du système lymphatique central chez les patients atteints d'anomalies lymphatiques primitives, conclut un article de Clinical Radiology.
13 Juin

16:01

Les comptes rendus de radiologie générés par l’IA se montrent prometteurs pour produire une meilleure qualité de rapports et améliorer les flux de travail en radiologie, indique une étude.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR