Double énergie

Le scanner spectral pour la détection des fractures occultes

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Thibault Willaume, Guillaume Bierry, Claire Harter et Florian Lucas Le 24/10/23 à 15:00, mise à jour le 22/05/24 à 15:19 Lecture 19 min.
Figure 4. Fracture-tassement du corps vertébral de L2 chez une patiente de 67 ans. Un œdème osseux traduisant le caractère récent de la fracture est visible sous le plateau supérieur sur les séries VNCa (b) et fusionnée (c) avec la correspondance sur la séquence STIR en IRM (d).

Utilisé en contexte traumatique pour supprimer le signal du calcium, le scanner spectral permet, à l’instar de l’IRM, de révéler l’œdème osseux associé aux fractures. © Thibault Willaume et coll.

Résumé

Le scanner spectral permet d’identifier une structure en fonction de son profil d’atténuation spécifique à différents niveaux d’énergie. Utilisé en contexte traumatique pour supprimer le signal du calcium, il permet, à l’instar de l’IRM, de révéler l’œdème osseux associé aux fractures. Cette information fonctionnelle, couplée aux données morphologiques habituelles, améliore les performances du scanner monoénergie dans la détection des lésions traumatiques occultes ou subtiles. Le scanner spectral peut ainsi constituer une alternative intéressante à l’IRM en cas de contre-indication ou lorsque celle-ci n’est pas directement accessible.

Introduction

Définition des fractures occultes

La détection précoce, le signalement et la caractérisation des fractures récentes sont d’un intérêt majeur afin de soulager la douleur, d’entreprendre rapidement un traitement optimal, de prévenir les complications associées et d’éviter de nouvelles fractures. Or, certaines fractures sont plus difficiles que d’autres à repérer. On appelle « fracture occulte » une fracture qui ne peut pas être détectée sur la radiographie initiale ou dont les manifestations subtiles ont été manquées [1]. Ces fractures peuvent résulter de facteurs extrinsèques (incidences inadaptées ou incomplètes, complexité anatomique, mauvaise compliance du patient, etc.) ou être directement liées aux caractéristiques intrinsèques de la fracture (faible contraste de la solution de continuité, absence de déplacement, solution de continuité unicorticale ou trabéculaire).

Le scanner spectral pour les fractures non déplacées ou qui impliquent préférentiellement l’os trabéc

Il vous reste 96% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Thibault Willaume

Radiologue spécialisé en imagerie ostéoarticulaire CHRU de Strasbourg

Guillaume Bierry

Radiologue spécialisé en imagerie ostéoarticulaire CHRU de Strasbourg

Claire Harter

Radiologue spécialisée en imagerie ostéoarticulaire CHRU de Strasbourg

Florian Lucas

Radiologue spécialisé en imagerie ostéoarticulaire CHRU de Strasbourg

Déclaration des liens d'intérêts

Aucun lien d’intérêts déclaré par le(s) auteur(s) de cet article.

Bibliographie

  1. Brookes-Fazakerley S. D., Kumar A. J. S., Oakley J., « Survey of the initial management and imaging protocols for occult scaphoid fractures in UK hospitals », Skeletal Radiology, novembre 2009, vol. 38, n° 11, p. 1045‑1048. DOI : 10.1007/s00256-008-0640-3.
  2. Pache G., Krauss B., Strohm P. et coll., « Dual-energy CT virtual noncalcium technique: detecting posttraumatic bone marrow lesions–feasibility study », Radiology, août 2010, vol. 256, n° 2, p. 617‑624. DOI : 10.1148/radiol.10091230.
  3. McCollough C. H., Leng S., Yu L. et coll., « Dual- and multi-energy CT: principles, technical approaches, and clinical applications », Radiology, sept 2015, vol. 276, n° 3, p. 637‑653. DOI : 10.1148/radiol.2015142631.
  4. Johnson T. R. C., Krauss B., Sedlmair M. et coll., « Material differentiation by dual energy CT: initial experience », European Radiology, juin 2007, vol. 17, n° 6, p. 1510‑1517. DOI : 10.1007/s00330-006-0517-6.
  5. Johnson T. R. C., « Dual-energy CT: general principles », American Journal of Roentgenology, novembre 2012, vol. 199 vol. 5 (suppl), p. S3-S8. DOI : 10.2214/AJR.12.9116.
  6. Eustace S., Keogh C., Blake M. et coll., « MR imaging of bone oedema: mechanisms and interpretation », Clinical Radiology, janvier 2001, vol. 56, n° 1, p. 4‑12. DOI : 10.1053/crad.2000.0585
  7. Rangger C., Kathrein A., Freund M. C. et coll., « Bone bruise of the knee: histology and cryosections in 5 cases », Acta Orthopaedica Scandinavica, juin 1998, vol. 69, n° 3, p. 291‑294. DOI : 10.3109/17453679809000933.
  8. Booz C., Nöske J., Lenga L. et coll., « Color-coded virtual non-calcium dual-energy CT for the depiction of bone marrow edema in patients with acute knee trauma: a multireader diagnostic accuracy study », European Radiology, janvier 2020, vol. 30, n° 1, p. 141‑150. DOI : 10.1007/s00330-019-06304-7.
  9. Suh C. H., Yun S. J., Jin W. et coll., « Diagnostic performance of dual-energy CT for the detection of bone marrow oedema: a systematic review and meta-analysis », European Radiology, octobre 2018, vol. 28, n° 10, p. 4182‑4194. DOI : 10.1007/s00330-018-5411-5.
  10. Bierry G., Venkatasamy A., Kremer S. et coll., « Dual-energy CT in vertebral compression fractures: performance of visual and quantitative analysis for bone marrow edema demonstration with comparison to MRI », Skeletal Radiology, avril 2014, vol. 43, n° 4, p. 485‑492. DOI : 10.1007/s00256-013-1812-3.
  11. Karaca L., Yuceler Z., Kantarci M. et coll., « The feasibility of dual-energy CT in differentiation of vertebral compression fractures », British Journal or Radiology, 2016, vol. 89 (1057) : 20150300. DOI : 10.1259/bjr.20150300.
  12. Gosangi B., Mandell J. C., Weaver M. J. et coll., « Bone marrow edema at dual-energy CT: A game changer in the emergency department », Radiographics, mai-juin 2020, vol. 40, n° 3, p. 859‑874. DOI : 10.1148/rg.2020190173.
  13. Ali I. T., Wong W. D., Liang T. et coll., « Clinical utility of dual-energy CT analysis of bone marrow edema in acute wrist fractures », American Journal of Roentgenology, avril 2018, vol. 210, n° 4, p. 842‑847. DOI : 10.2214/ajr.17.18673.
  14. Guggenberger R., Gnannt R., Hodler J. et coll., « Diagnostic performance of dual-energy CT for the detection of traumatic bone marrow lesions in the ankle: comparison with MR imaging », Radiology, juillet 2012, vol. 264, n° 1, p. 164‑173. DOI : 10.1148/radiol.12112217.
  15. Ren Q., Tang D., Xiong Z. et coll., « Traumatic bone marrow lesions in dual-energy computed tomography », Insights into Imaging, octobre 2022, vol. 13, n° 1 : 174. DOI : 10.1186/s13244-022-01312-6.
  16. Foti G., Serra G., Iacono V. et coll., « Identification of traumatic bone marrow oedema: the pearls and pitfalls of dual-energy CT (DECT) », Tomography, septembre 2021, vol. 7, n° 2, p. 424‑433. DOI : 10.3390/tomography7030037.
  17. Wortman J. R., Sodickson A. D., « Pearls, pitfalls, and problems in dual-energy computed tomography imaging of the body », Radiologic Clinics of North America, juillet 2018, vol. 56, n° 4, p. 625‑640. DOI : 10.1016/j.rcl.2018.03.007.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sur le même thème

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR