Urgences

« La communication entre urgentistes et radiologues améliore la prise en charge du patient »

Le médecin urgentiste Jean-Baptiste Bouillon-Minois, en poste au CHU de Clermont-Ferrand, a supervisé l'étude RADIO-ED, qui évalue les discordances entre urgentistes et radiologues dans l'interprétation des radiographies des patients retournant à domicile après leur passage aux urgences. Il suggère d'organiser des formations associant radiologues et urgentistes.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 07/03/24 à 7:00, mise à jour le 07/03/24 à 14:56 Lecture 3 min.

« La plupart des discordances qui changent la prise en charge sont des fractures vues par l'urgentiste mais qui n'existaient pas, ou bien des fractures passées inaperçues qui sont ensuite repérées par les radiologues », indique Jean-Baptiste Bouillon-Minois. © Jean-Baptiste Bouillon-Minois

Docteur Imago / RADIO-ED, étude monocentrique réalisée au CHU de Clermont-Ferrand (63), que vous avez supervisée, évalue le taux de discordance d'interprétation entre radiologues et urgentistes parmi les radiographies des patients initialement sortis des urgences. Ses résultats sont parus fin janvier dans Emergency Radiology [1]. Pourquoi cette étude, et quelle a été sa méthodologie ? Jean-Baptiste Bouillon-Minois / En France, tous les patients pris en charge dans des structures d'urgence et qui passent une radiographie doivent bénéficier d’une interprétation par un radiologue titulaire dans les plus brefs délais. Dans les faits, ce sont souvent les urgentistes qui analysent en premier ces images. Or, depuis 4 ou 5 ans, les radiologues de notre établissement examinent systématiquement les radiographies de la veille avant de relire les interprétations des urgentistes. Comme nous sommes toujours à la recherche d’amélioration dans nos pratiques d’urgentistes, nous avons voulu savoir si

Il vous reste 80% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Bibliographie

  1. Bouillon-Minois J.-B., Lambert C., Dutheil F. et al, « Assessment of discordance between radiologists and emergency physicians of RADIOgraphs among discharged patients in an emergency department: the RADIO-ED study », Emergency Radiology, 22 janvier 2024. DOI : 10.1007/s10140-024-02206-4.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR