Sclérose en plaques

Une méthode d’IRM en développement visualise et quantifie directement la gaine de myéline

Un appareil d'IRM équipé d'un nouveau système de gradients a permis de repérer la gaine de myéline dans le cerveau de deux volontaires sains. Des résultats parus en janvier dans Magnetic Resonance in Medicine laissent espérer une future utilisation clinique pour le diagnostic de la sclérose en plaques.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 05/06/24 à 7:00 Lecture 2 min.

Cartographie cérébrale in vivo de la bicouche lipidique de la gaine de myéline chez un volontaire sain. Implémentée chez des malades de la sclérose en plaques, elle pourrait permettre de mieux diagnostiquer la maladie et d'en suivre l'évolution, espèrent les concepteurs de cette nouvelle imagerie de la SEP. © Baadsvik et al, Magnetic Resonance in Medicine | CC-BY

Maladie auto-immune touchant environ 120 000 personnes en France, la sclérose en plaques (SEP) reste une affection neurologique complexe à diagnostiquer à un stade précoce en imagerie. De fait, il reste difficile de quantifier à l'IRM l'atteinte que l'affection cause à la gaine de myéline – la gaine isolante des neurones, dont la détérioration progressive est à l'origine des symptômes de la SEP. Pourtant, cette information est essentielle pour évaluer la progression de la maladie.

Un premier essai sur deux volontaires sains

Afin de faciliter cette quantification, des chercheurs de l'école polytechnique fédérale de Zurich (Suisse) ont développé un nouveau système de gradients sur un modèle d'IRM 3 T préexistant, qui permet de visualiser directement la gaine de myéline dans le cerveau. Leurs premiers essais sur deux volontaires humains, publiés le 3 janvier 2024 dans Magnetic Resonance in Medicine, se sont avérés concluants [1].

Le défi des atomes d'hydrogène de la gaine de myéline

L

Il vous reste 71% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Bibliographie

  1. Baadsvik E. L., Weiger M., Froidevaux R. et al, « Myelin bilayer mapping in the human brain in vivo », Magnetic Resonance in Medicine, 3 janvier 2024. DOI : 10.1002/mrm.29998.
  2. Baadsvik E. L., Weiger M., Froidevaux R. et al, « Quantitative magnetic resonance mapping of the myelin bilayer reflects pathology in multiple sclerosis brain tissue », Science Advances, 11 août 2023. DOI : 10.1126/sciadv.adi0611.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

22 Juil

16:30

Le signe de Halo observé en élastographie shear wave est un signe potentiellement utile pour le diagnostic de la cytostéatonécrose, rencontré dans la majorité des cas cliniques suspects, conclut une étude menée sur 19 patients.

13:39

Un modèle radiomique basé sur des images pondérées en diffusion (DWI) à super résolution générées grâce à l'apprentissage par transfert à partir d'une séquence DWI haute résolution conventionnelle a démontré une efficacité et une faisabilité favorables pour prédire le pronostic d'une ablation de fibrome utérin par ultrasons focalisés. Étude.

7:30

Une IA développée pour la recherche a pu identifier parmi 14 057 radiographies thoraciques 20 % d'examens sans anomalie significative, permettant de réduire la charge de travail des radiologues, indique une étude parue dans Academic Radiology.
19 Juil

16:30

Une étude publiée dans JAMA Network a démontré que le risque de cancer de l’ovaire était accru chez les femmes atteintes d’endométriose. Ces patientes peuvent donc constituer une population importante pour les études ciblées de dépistage et de prévention du cancer.

13:30

La réduction du volume du produit de contraste iodé injecté par voie intraveineuse au scanner cérébral à 60 ml au lieu du standard de 80 ml s'est traduite par une réduction significative de la qualité d’image et de la précision diagnostique, dans le cadre d'une étude parue dans European journal of radiology.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR