À la Fondation Adolphe de Rothschild, dans le XIXe arrondissement de Paris, il est environ 9h30 lorsque les pompiers amènent un patient âgé de 61 ans. L’homme présente des troubles de l’articulation et un déficit hémicorporel, les signes d’un possible accident vasculaire cérébral (AVC). Allongé sur un brancard, il est conduit au deuxième sous-sol pour passer une IRM. Lors d’un AVC ischémique, 1,9 million de neurones meurent à chaque minute. Le temps est compté. Radiologues diagnostique et...