RSNA 2023

L’apport du scanner, de l’IRM et de la TEP-TDM dans la prise en charge du cancer de l’ovaire

Le cancer de l'ovaire faisait l'objet d'une session dédiée au congrès RSNA 2023. Lors de cette séance, la radiologue Yulia Lakhman a détaillé les rôles et les limites du scanner, de l'IRM et de la TEP-TDM pour l'évaluation et la stadification de cette pathologie.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 03/01/24 à 7:00, mise à jour le 11/01/24 à 15:58 Lecture 3 min.

L’IRM multiparamétrique peut être utilisée pour évaluer la carcinose péritonéale. « L’addition de l’imagerie pondérée en diffusion améliore le contraste des tissus mous, elle augmente la visibilité de la carcinose péritonéale et des métastases », indique l’intervenante. Capture d'écran RSNA 2023

Pour la prise en charge du cancer de l’ovaire, le rôle de l’imagerie est d’identifier les zones lésionnelles difficiles à réséquer ou non résécables, de faciliter la sélection du traitement primaire (chirurgie d’emblée ou chimiothérapie néoadjuvante en premier lieu), et d’alerter le chirurgien gynécologue sur la nécessité potentielle de faire appel à des chirurgiens d’autres spécialités. « La sélection du traitement est généralement discutée en réunion de concertation pluridisciplinaire. Dans ce contexte, les radiologues jouent un rôle clé pour faciliter la prise de décision », rappelle Yulia Lakhman, radiologue à New-York aux Etats-Unis.

Le scanner en position de favori

Pour la prise en charge du cancer de l’ovaire, le scanner est la modalité d’imagerie privilégiée. « Le scanner et très efficace pour détecter une dissémination péritonéale, indique l’oratrice. Toutefois, la détection est influencée par la taille et la localisation des lésions. La sensibilité sera très élevée pour l’é

Il vous reste 79% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

Carla Ferrand

Bibliographie

  1. Nougaret S., Sadowski E., Lakhman Y., et coll. « The BUMPy road of peritoneal metastases in ovarian cancer », Diagnostic and Interventional Imaging, Octobre 2022. DOI : 10.1016/j.diii.2022.05.003
  2. Roze JF, Hoogendam JP, van de Wetering FT, et coll. « Positron emission tomography (PET) and magnetic resonance imaging (MRI) for assessing tumour resectability in advanced epithelial ovarian/fallopian tube/primary peritoneal cancer ». Cochrane Database Syst Rev. Octobre 2018. DOI : 10.1002/14651858.CD012567.pub2

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

12 Juil

16:30

L'ajout de l'imagerie pondérée en diffusion à l'IRM de contraste dynamique n'améliore pas significativement la valeur prédictive négative de cet examen pour identifier une réponse pathologique complète chez les patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif (étude).

13:30

La cryoablation du cancer du sein peut être utilisée en toute sécurité chez une population de patientes plus large que celle définie par les critères d’inclusion des essais cliniques (étude).

7:30

Plus de 50 % des femmes diagnostiquées avec des fibromes utérins se voient proposer une hystérectomie, tandis que moins de 20 % se voient présenter des options moins invasives, selon une enquête publiée dans un rapport de la Société de radiologie interventionnelle (SIR). Ce document met également en lumière le potentiel de l’embolisation des fibromes utérins (EFU) comme traitement, indique un communiqué de la SIR.
11 Juil

16:30

Une enquête démontre que les radiologues ont une attitude globalement positive à l'égard de l'arrivée de l'IA en pratique clinique, même s’il reste, selon eux, encore beaucoup à faire pour améliorer son intégration et son utilisation.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR