Embolisation musculosquelettique

Quels agents emboliques utiliser pour quelles pathologies ostéoarticulaires ?

Si les agents d'embolisation temporaire utilisés au Japon ne sont pour la plupart pas disponibles en clinique en France, comparer leurs performances et leurs risques pourrait être utile dans l'optique d'une future utilisation. C'est à ce travail que s'est attelé le radiologue japonais Yuji Okuno. Il a présenté ses premiers résultats à Paris le 27 janvier 2024, lors de la conférence du GEST MSK 2024, dédiée aux embolisations musculosquelettiques.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 27/02/24 à 7:00 Lecture 3min.

« Nous préparons un papier comparant imipenem, Nexsphere® et IPZA® chez plus de 100 patients par agent d'embolisation », révèle Yuji Okuno. Dans la colonne de gauche, de haut en bas, les pathologies traitées : l’épicondylite latérale (LE), la gonarthrose (kOA), la tendinopathie patellaire (PT), l’épicondylite médiale (ME), et la capsulite rétractile de l'épaule (FS). © François Mallordy | Diaporama Yuji Okuno, GEST MSK 2024

À l'occasion du congrès annuel international, GEST MSK 2024, organisé à Paris par des radiologues interventionnels français et étrangers afin de traiter des nouveautés dans l'embolisation de diverses pathologies ostéoarticulaires, le radiologue interventionnel pionnier de ce champ d'étude, Yuji Okuno, est intervenu au sujet du choix des agents d'embolisation, le samedi 27 janvier.

Dix ans de recul

En introduction de son intervention, le radiologue interventionnel japonais, désormais à la tête de la clinique Okuno, sa propre clinique spécialisée dans le traitement par la radiologie interventionnelle des pathologies ostéoarticulaires, a rappelé son travail de longue haleine sur ce sujet : « Ma première publication à ce sujet remonte à 2013 [1]», rappelle ce dernier. Un étalement temporel qui explique qu'il dispose aujourd'hui de cohortes de patients particulièrement fournies dans le domaine de l'embolisation musculosquelettique.

Limiter l'inflammation par l'embolisation

Yuji Okuno ra

Il vous reste 80% de l’article à lire

Docteur Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Docteur Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DÉCOUVERTE

11€

pendant 1 mois
puis 23 €/mois

S’abonner à Docteur Imago

Auteurs

François Mallordy

Bibliographie

    Okuno Y., Matsumura N., Oguro., « Transcatheter Arterial Embolization Using Imipenem/Cilastatin Sodium for Tendinopathy and Enthesopathy Refractory to Nonsurgical Management », Journal of Vascular and Interventional Radiology, Vol. 24 Issue 6, Juin 2013. DOI : 10.1016/j.jvir.2013.02.033.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Docteur Imago

16 Avr

7:33

Un arrêté du 4 avril fixe à 7 en imagerie médicale et 2 en médecine nucléaire « le nombre de médecins en exercice susceptibles d'accéder au troisième cycle des études de médecine pour suivre un diplôme d'études spécialisées, une option ou une formation spécialisée transversale, par spécialité et par subdivision. »
15 Avr

14:40

Les algorithmes d’apprentissage profond pour la segmentation par IRM de la prostate ont démontré une précision comparable à celle des radiologues experts malgré des paramètres variables, de sorte que les recherches futures devraient s’orienter vers l’évaluation de la robustesse de la segmentation et des résultats pour les patients dans divers contextes cliniques, selon une revue systématique publiée dans Radiology: Artificial Intelligence.

11:34

Le score calcique de l'artère coronaire obtenu par reconstruction basée sur l'apprentissage profond serait sous-estimé par rapport à l'image standard (étude).

7:52

L’Académie nationale de médecine a identifié les freins au développement de la recherche clinique en France tels que les lourdeurs administratives, les difficultés à obtenir des financements académiques ou encore les difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé. Elle a émis 5 recommandations : limiter les délais règlementaires ou encore restructurer l’organisation des CHU autour de pôles hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche.
Docteur Imago

GRATUIT
VOIR